Transport 2000 ridiculise la croisade de Zhuzhou

Transport 2000 juge farfelue la croisade entreprise par Zhuzhou Electric Locomotive pour faire dérailler le processus d'octroi du contrat des voitures de métro de Montréal. L'association, qui représente des usagers des transports en commun, estime que les manœuvres du constructeur chinois risquent de retarder indûment la livraison des wagons tant attendus.

Selon le président de Transport 2000, Jean Léveillée, Zhuzhou devrait respecter le choix de la Société de transport de Montréal (STM) pour les pneumatiques et ne pas tenter d'imposer les roues d'acier. «J'ai beaucoup de respect pour les entreprises chinoises, mais s'ils [les dirigeants de Zhuzhou] veulent expérimenter le métro sur acier, qu'ils aillent le faire ailleurs, parce qu'à Montréal, on a opté pour les pneus et les citoyens sont entièrement satisfaits», a indiqué M. Léveillée hier.

Zhuzhou entend toutefois garder le cap et une délégation chinoise de quatre personnes débarquera dans la métropole le 25 février prochain afin de compléter le dossier de soumission qui sera remis à la STM à la fin du mois, a indiqué hier au Devoir le représentant de l'entreprise au Canada, Glen Fisher. Zhuzhou assure que les critères imposés par la STM seront respectés, à l'exception des spécifications concernant les pneus, car l'entreprise chinoise entend toujours proposer des roues d'acier.

Si la STM persiste à vouloir l'écarter de la course, Zhuzhou menace de s'adresser aux tribunaux pour faire valoir son point de vue. Glen Fisher estime que les autorités de la STM font fausse route en exigeant des voitures sur pneumatiques.
2 commentaires
  • Pascal MALLET - Inscrit 12 février 2010 18 h 08

    Intérêt des usagesr des transports

    Dommage que Transport 2000 croie défendre les intérêts des usagers en ridiculisant l'initiative du constructeur chinois qui a eu le mérite de poser le vrai débat éludé depuis tant d'années :
    pourquoi payer 3 milliards de dollars ce que d'autres payent un milliards de dollars.
    Avec l'agent économisé, on pourrait en faire des investissements utiles dans les transports publics !

  • legada - Abonné 13 février 2010 13 h 46

    On compare des pommes et des oranges

    Lorsque le métro de Montréal a été conçu, à l'époque le choix a été fait d'utiliser des wagons à roues en caoutchouc parce que cela permettait de rapprocher les stations et d'obtenir un bas coût de fonctionnement et de construction.

    L'utilisation de pentes importantes à l'entrée et à la sortie des stations aident le train de wagon à accélérer au départ et à freiner à l'arrivée. Ce qui réduit la consommation d'énergie.

    Pour comparer le coût des deux options, il faudrait ajouter tous les coûts requis pour transformer les installations actuelles pour les adapter à l'utilisation de roues en acier, alors on pourrait comparer des pommes avec des pommes.

    Si le système de transport se développe vers l'extérieur, rien n'empêche que pour les installations en surface on utilise des roues en acier. Il ne faut pas oublier que si on va à l'extérieur, la conception des wagons sera très différente car il devront faire face à des conditions climatiques beaucoup plus rigoureuses. Il est fort probable que des stations de transfert seront requises. Si ma mémoire est exacte, à Paris, ils ont des roues en caoutchouc pour les installations souterraines et des roues en acier pour les installations extérieures.

    Daniel Legault