Le grand ménage à l'Hôtel de Ville - Louise Harel cite Toronto en exemple

Trois jours après sa défaite électorale, Louise Harel a tenu hier sa première conférence de presse à titre de chef de l'opposition. L'ancienne ministre péquiste, qui se dit prête à occuper ces fonctions pour les quatre prochaines années, a pressé le maire Tremblay de revoir le processus d'octroi des contrats.

Louise Harel a réclamé hier du maire Gérald Tremblay qu'il s'inspire de Toronto pour déterminer de nouvelles règles d'attribution des contrats. La nouvelle chef de l'opposition suggère que tous les contrats de la Ville soient examinés par les commissions du conseil avant d'être approuvés par le comité exécutif, question d'éviter les dérapages qui ont conduit à l'octroi du contrat des compteurs d'eau.

Entourée des 19 élus de Vision Montréal, Mme Harel a expliqué hier en conférence de presse les raisons qui l'ont incitée à prendre les rênes de l'opposition. «J'assume cette responsabilité avec un certain sens du devoir. Je le fais avec plaisir; je ne suis pas masochiste», a-t-elle indiqué. Restera-t-elle vraiment pendant quatre ans à ce poste? Il a fallu que la question lui soit posée à deux reprises avant qu'elle finisse par répondre par l'affirmation, après une certaine hésitation.

Mme Harel s'est livrée à un examen critique des décisions prises lundi par le maire Tremblay pour assainir les moeurs politiques à la Ville. Rappelons que Gérald Tremblay a suspendu l'octroi des contrats jusqu'à ce que la lumière soit faite sur les allégations de corruption dans le milieu de la construction. En attendant l'élaboration de nouvelles règles pour encadrer l'attribution des contrats, le maire a également décrété un gel de la taxe d'eau et la suspension de la taxe de la voirie, des mesures qui priveront la Ville de revenus de 36 millions de dollars en 2010.

Louise Harel juge que les intentions du maire sont trop vagues. «C'est un flou qui sied mal à un grand ménage. On ne sait pas qui est chargé de faire la lumière sur ces contrats. On ne sait pas quelle durée aura cet examen ni selon quels critères il se fera. C'est bien évident que, pour restaurer la confiance de la population, il en faudra davantage», a-t-elle dit en insistant sur la nécessité de tenir une enquête publique sur le milieu de la construction.

Elle a suggéré que tous les contrats soient passés au crible par les commissions permanentes du conseil municipal avant d'être relayés au comité exécutif pour que les élus puissent prendre des décisions éclairées. C'est la procédure qu'ont adoptée la Ville de Toronto et les gouvernements provincial et fédéral, a-t-elle signalé. L'opposition entend d'ailleurs déposer une motion à cet effet à la séance du conseil municipal qui se tiendra le 30 novembre prochain.

Vision Montréal comptera 16 élus au conseil municipal contre 39 pour Union Montréal, le parti du maire Tremblay, et 10 pour Projet Montréal, dirigé par Richard Bergeron.

Mme Harel a dit souhaiter une collaboration entre les deux partis d'opposition, même si elle maintient qu'il s'agira toujours de deux partis distincts. La question sera discutée demain lors de la première réunion du caucus des élus de Vision Montréal, a-t-elle précisé.

Richard Bergeron n'a pas montré beaucoup d'enthousiasme à l'égard de la motion proposée par Louise Harel. «L'élection a eu lieu il y a deux jours et demi. Pour l'instant, le maître du jeu, ce n'est ni Louise Harel ni Richard Bergeron, c'est Gérald Tremblay. A-t-il entendu le message de la population? C'est à lui de nous dire dans quelle direction il va aller», a-t-il expliqué hier.

«L'opposition a le droit de déposer des motions. En temps et lieu, nous ferons connaître notre position», a pour sa part rétorqué Martin Tremblay, l'attaché de presse de Gérald Tremblay. Il a précisé que la directrice générale de la Ville, Rachel Laperrière, allait présenter aujourd'hui au comité de direction de la Ville ses recommandations concernant la révision du processus d'appel d'offres. Il a par ailleurs indiqué que le maire n'avait aucune intention d'intégrer des membres de l'opposition dans le comité exécutif qu'il formera sous peu.

À voir en vidéo