Harel dit qu'elle siégera à l'Hôtel de Ville

Louise Harel a répété hier qu'elle avait l'intention de siéger comme chef de l'opposition au conseil municipal. Lors d'une entrevue radiophonique, elle a affirmé que sa défaite de dimanche était principalement due au faible de taux de participation des électeurs.

Cette entrevue à CJAD se déroulait en anglais, et il s'agissait de la première qu'accordait la chef de Vision Montréal depuis sa défaite de dimanche. Mme Harel a affirmé qu'elle comptait assumer les fonctions de chef de l'opposition, comme elle l'avait laissé entendre dans son allocution dimanche soir. Mais elle n'a pas précisé si elle allait demeurer en poste pendant quatre ans. «J'ai le sens des responsabilités», a-t-elle expliqué à l'animateur Tommy Schnurmacher, en insistant sur l'importance de demeurer vigilant face à l'administration de Gérald Tremblay.

Faisant ainsi référence aux propos tenus par Jacques Parizeau après la défaite référendaire de 1995, un auditeur lui a demandé si sa défaite était attribuable à «l'argent et au vote ethnique». «J'ai été battue à cause du faible taux de participation, a-t-elle répondu. Je crois que c'est la principale raison.»

Mme Harel a dit souhaiter qu'une collaboration s'établisse entre les membres des trois formations politiques à l'Hôtel de Ville. Selon elle, l'esprit de confrontation qui a cours à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des communes n'a pas sa place dans les villes qui ont la responsabilité d'offrir des services aux citoyens.

En imposant lundi un moratoire sur l'octroi de contrats tout en omettant de demander la tenue d'une enquête publique sur les allégations de corruption et de collusion dans le monde de la construction, Gérald Tremblay a bien mal entrepris son troisième mandat, a-t-elle toutefois affirmé: «C'est le pire des deux mondes.» Mais pour provoquer d'importants changements à l'Hôtel de Ville, une alliance avec Projet Montréal, le parti de Richard Bergeron, serait souhaitable, a-t-elle précisé.

Dimanche soir dernier, lorsque la victoire de Gérald Tremblay s'est concrétisée, elle a communiqué avec son adversaire pour le féliciter et lui dire qu'ils se retrouveraient au conseil municipal. «Alea jacta est» ont été ses premiers mots [«le sort en est jeté»]. «Ce fut un échange très cordial», a-t-elle dit.

Louise Harel a refusé d'accorder d'autres entrevues aux médias hier et elle entend tenir une conférence de presse aujourd'hui.

Les résultats officiels des élections de dimanche n'ont toujours pas été divulgués, le bureau d'élection de Montréal n'ayant pas terminé la compilation des données. Un problème de transmission sur le réseau informatique est responsable de ce retard. Ces résultats sont fort attendus par les partis, qui pourraient demander des dépouillements judiciaires là où les batailles ont été serrées. Ce sera vraisemblablement le cas dans l'arrondissement du Sud-Ouest, où le candidat à la mairie de Vision Montréal, Benoit Dorais, a battu son adversaire d'Union Montréal, Nicole Boudreau, avec une maigre majorité de 13 voix.

À voir en vidéo