En bref - Réfléchir au développement de Montréal

La directrice-fondatrice du Centre canadien d'architecture, Phyllis Lambert, le fondateur du Centre d'écologie urbaine de Montréal, Dimitri Roussopoulos, et le directeur des politiques à Héritage Montréal, Dinu Bumbaru, ont annoncé hier la création de l'Institut de politiques alternatives de Montréal (IPAM), une cellule de réflexion indépendante et multidisciplinaire qui éclairera les élus en matière de planification urbaine et de développement à Montréal.

« L'IPAM propose de mettre sur pied six chantiers pour aborder les questions de développement économique et culturel à long terme: le patrimoine, la pauvreté, le logement social et la justice sociale, l'écologie, la planification urbaine et le transport, ainsi que la démocratie », a fait savoir Dinu Bumbaru. L'IPAM produira, fera connaître et diffusera différentes études et analyses qui contribueront, espère-t-il, à susciter un débat entre les acteurs sociaux sur le développement urbain à Montréal, notamment en matière de gestion et de planification urbaines, d'urbanisme, de démocratie locale, de développement local viable et d'environnement. « La création de l'IPAM est essentielle, car la société civile de Montréal, dans toutes ses composantes, doit comprendre et s'entendre sur la définition de la planification urbaine », a affirmé Phyllis Lambert. L'IPAM réclame d'ores et déjà la tenue d'un sommet des citoyens sur l'avenir de Montréal, et ce, dès le lendemain des élections municipales.

À voir en vidéo