Campagne dans les collèges et les universités - L'arsenal est déployé pour inciter les jeunes à voter

Des regroupements étudiants se sont associés à Élections Canada pour convaincre les jeunes de s'inscrire sur la liste électorale et d'exercer leur droit de vote au scrutin fédéral du 23 janvier.

La campagne d'inscription des jeunes a débuté cette semaine dans les universités et collèges.

«Il faut voter», martèle en entrevue le président de la Fédération étudiante universitaire du Québec, François Vincent. Son regroupement de 145 000 membres s'est effectivement associé à Élections Canada parce qu'il juge important que les jeunes exercent leur droit de vote.

Entre autres, des agents réviseurs d'Élections Canada visiteront les quartiers étudiants et les résidences d'étudiants jusqu'au 12 janvier pour mettre à jour la liste électorale.

Aussi, divers moyens ont été déployés pour inciter les jeunes à s'inscrire et à voter: affiches, guides d'information, sites Web d'information, publicité à la radio, à la télévision et dans les journaux.

«Il y a un plus grand nombre de bureaux de scrutin sur les campus mêmes», a indiqué en entrevue Gilles Paquin, porte-parole d'Élections Canada à Montréal. En fait, 347 bureaux de vote ont été installés sur les campus universitaires et collégiaux.

«C'est plus accessible que ça ne l'a jamais été», commente M. Paquin, citant entre autres le vote par anticipation et le vote par bulletin spécial au bureau du directeur de scrutin ou par la poste.

Taux inquiétant

Le faible taux de participation des jeunes aux élections, en général, en inquiète plusieurs.

Au scrutin fédéral du 28 juin 2004, le taux de participation atteignait 60,9 % dans la population en général, un taux qui n'est déjà pas très élevé. Ce taux atteignait 38 % chez les jeunes, selon une estimation, a noté M. Paquin.

Il souligne toutefois que le taux de 38 % constitue déjà une amélioration de quelques points de pourcentage par rapport au scrutin précédent.

M. Vincent croit possible d'améliorer le taux de participation des jeunes. Même si les associations étudiantes ont beaucoup revendiqué et milité, ces dernières années, «la réelle façon de changer les choses, c'est de prendre notre responsabilité de citoyen et de voter», argue-t-il.

«Il faut s'impliquer dans notre communauté mais, également, il faut s'impliquer au niveau de la décision des élections, tant aux niveaux municipal et provincial que fédéral. Il faut voter; il faut voter. C'est eux qui décideront, mais nous on va travailler activement à faire en sorte d'améliorer la participation des jeunes aux élections», a lancé M. Vincent, convaincu.