Mariages gais: un député conservateur désapprouve son chef

Coquitlam, Colombie-Britannique — Le député et candidat conservateur dans la circonscription de Port Moody-Westwood-Port Coquitlam, James Moore, désapprouve la position de son chef sur les mariages gais et estime que c'est une erreur de rouvrir le débat. «Les gens veulent changer de sujet et ne pas revenir là-dessus», a-t-il dit au Devoir.

James Moore, 29 ans, représente ce comté situé à 40 minutes de voiture à l'est de Vancouver depuis 2000, alors qu'il portait les couleurs de l'Alliance canadienne. Il est reconnu comme un conservateur progressiste, ayant notamment été un des trois députés du Parti conservateur à avoir voté en faveur des mariages gais en juin dernier.

Lors d'une entrevue accordée au Devoir mardi, James Moore a soutenu qu'il aurait préféré que ce débat émotif soit bel et bien terminé, contrairement à la promesse faite en début de campagne par son chef, Stephen Harper. «Les gens veulent changer de sujet, ils sont tannés d'entendre parler de ça, dit-il, assis dans son local de campagne électorale, entre deux séances de porte-à-porte. On a fait tous les débats possibles aux Communes. Ça suffit. Les citoyens veulent parler du coût de la vie qui augmente, de la criminalité en hausse à Vancouver, de la réduction des taxes et impôts. Ils ne veulent pas revenir sur les mariages gais.»

Selon lui, il sera d'ailleurs difficile de relancer ce débat à la Chambre des communes, puisque la volonté des députés est la même que celle des citoyens. «Ce vote sera très difficile à faire passer et je vais voter contre», soutient James Moore. Rappelons que le chef conservateur, Stephen Harper, a promis, s'il est élu, de tenir un vote entièrement libre aux Communes pour rouvrir le débat sur les mariages gais.

James Moore estime toutefois que son chef n'avait pas le choix d'être transparent dès le début de la campagne à propos des mariages homosexuels et qu'il a bien fait de dissiper les doutes. «Il voulait être clair pour ne pas que les libéraux soutiennent encore qu'on a un programme caché, alors que c'est faux», dit-il. Dans son comté en banlieue éloignée de Vancouver, James Moore pense que sa position centriste sur la question va lui faire gagner des votes. «C'est une circonscription qui se transforme, il y a beaucoup de jeunes familles qui viennent vivre ici. J'y ai pensé avant de prendre ma décision», souligne-t-il.

Va-t-il payer le prix de son coup de gueule contre son chef? Pas du tout, croit James Moore. «Ce n'est pas une question centrale pour Harper, il est avant tout un conservateur fiscal. C'est un ami et il connaît ma position», dit-il.