En bref - Duceppe veut des noms

Le chef du Bloc a tenté d'embarrasser les libéraux hier pour leur silence sur les concepteurs de leurs controversées publicités télévisées. L'«idéateur» des messages, Marc-André Rivard, est un ancien vice-président de Groupaction, une agence de communication entachée par le scandale des commandites.

Les libéraux refusent toutefois de dévoiler le nom de la vingtaine d'autres personnes qui font partie de leur comité publicitaire. «J'aimerais que les libéraux nous disent qui donc forme ce comité [...], a lancé Gilles Duceppe. Qui siège sur ce comité, qui sont-ils? D'où viennent-ils? Quels liens ont-ils? Quand on ne veut pas dévoiler les noms de ceux qui sont là, il y a certainement un malaise.» M. Duceppe a reconnu que le fait d'avoir travaillé pour Groupaction ne disqualifie pas nécessairement quelqu'un. Mais il ne s'est pas gêné pour laisser planer le doute sur l'intégrité des anonymes.«S'il n'y a pas de problème, qu'ils [les libéraux] les nomment, a-t-il sommé. Ça serait simple de dire «telle personne, telle, telle, telle personne, qui relèvent de telle compagnie et qui ont tel lien avec le parti, avec des gens du parti, des députés ou des ministres, je ne sais trop, des compagnies»... On voudrait le savoir. La clarté, ça doit exister!» Rappelons que la Ligue nationale d'improvisation a demandé aux libéraux de retirer leurs messages, puisque le parti ne l'aurait pas consultée avant d'utiliser le concept de l'improvisation.