CBC-SRC dépose une nouvelle offre

Ottawa — Pendant que la direction du réseau anglais de Radio-Canada, ou CBC, s'apprêtait à déposer une nouvelle offre hier soir à ses 5500 employés en lock-out, certains députés libéraux se disaient impatients d'assister à un règlement dans ce conflit.

La nouvelle offre, qualifiée de complète, devait survenir après une rencontre en privé de trois jours avec un médiateur dans le bureau du ministre du Travail, Joe Fontana.

Entre-temps, la pression augmente pour un règlement dans ce conflit.

Plus tôt hier, après une réunion du caucus libéral, M. Fontana a parlé de progrès dans les négociations, mais en ajoutant que «des problèmes difficiles restaient encore à résoudre».

Le conflit achoppe sur les mécanismes entourant la suppression d'emplois et le voeu de la société d'engager des sous-traitants plutôt que des employés à plein temps.

Le conflit à la CBC a d'autre part été la grande préoccupation des députés et sénateurs au cours de leur réunion hebdomadaire.

«Il y a une forte volonté politique au sein du caucus pour que le conflit se règle maintenant», a déclaré la députée torontoise Sarmite Bulte, secrétaire parlementaire de la ministre du Patrimoine Liza Frulla.

Certains députés libéraux vont même plus loin en suggérant de modifier le code du travail ou les mandats des sociétés d'État pour éviter les lock-out à répétition à la CBC. Depuis cinq ans, divers groupes d'employés de la CBC ont été mis en lock-out à trois occasions.