Surveillance des prix du pétrole - Le PLC récupère une idée du Bloc

Ottawa — Moins de deux ans après avoir refusé une recommandation du comité de l'industrie exigeant la création d'un office de surveillance des prix du pétrole, le gouvernement a changé d'idée et semble sur le point de céder.

Le ministre dit aujourd'hui que cette suggestion fera partie des options qu'il soumettra sous peu au conseil des ministres qui doit décider des gestes que posera le gouvernement fédéral pour réagir à la flambée des prix du pétrole.

«Pour être honnête, je dois admettre qu'avec la hausse récente des prix de l'essence, nous avons fait une recherche plus rigoureuse», a fait valoir le ministre de l'Industrie, David Emerson, pour expliquer ce revirement

«J'étais peut-être résistant il y a un an, mais avec ce que je sais maintenant [...] je suis beaucoup plus sympathique à cette idée, a poursuivi M. Emerson à sa sortie des Communes. Je pense que des informations, des bonnes informations rigoureuses peuvent être bénéfiques pour tous.»

Outre un «organisme indépendant de surveillance» des prix du pétrole, le ministre se dit ouvert à renforcer les pouvoirs du Bureau fédéral de la concurrence pour lui permettre de déclencher, à son gré, des enquêtes.

Depuis des semaines, et encore plus depuis la rentrée parlementaire lundi, le gouvernement est talonné par les partis d'opposition sur la question des prix du pétrole. À quelques mois d'une élection générale, les libéraux sont conscients qu'ils doivent démontrer aux électeurs qu'ils agissent sur cette question s'ils veulent apaiser les frustrations des consommateurs et ne pas en subir les effets dans l'urne.