Layton soutient un gouvernement corrompu, accuse Harper

Ottawa — Dans un discours combatif aux forts accents électoraux, le chef conservateur Stephen Harper ne s'est pas gêné hier pour attaquer les libéraux et le NPD, accusant Jack Layton de soutenir «un gouvernement corrompu». Devant une foule de 250 personnes entassées dans une pièce de la colline parlementaire à Ottawa, Stephen Harper a aussi pris quelques minutes pour répondre aux détracteurs de son leadership, affirmant qu'il est là pour rester et qu'il consacrera toute son énergie à remplacer les libéraux au pouvoir.

À quelques jours de la session parlementaire qui s'ouvrira lundi, le chef conservateur s'adressait à ses troupes, tant celles d'Ottawa que celles de plusieurs comtés du pays, qui s'étaient rendues sur place. Stephen Harper n'a pas mis de gants blancs hier.

«La grande question est celle-ci: aurons-nous des élections cet automne?», a-t-il lancé après une longue tirade sur le gouvernement libéral «usé» et «corrompu». «Le Bloc veut toujours des élections, peu importe qui est au pouvoir. Les libéraux vont tout faire pour repousser la date du scrutin aussi loin que possible. Et ne me demandez pas si je veux des élections. J'aurais aimé en avoir le printemps dernier et j'en voudrais dès demain. Nous sommes prêts pour des élections n'importe quand, et cette question de la date des élections, il faut la poser à Jack Layton. Nous aurons des élections le jour où le NPD décidera d'arrêter d'appuyer la corruption libérale à la Chambre des communes!», a-t-il déclaré sous un tonnerre d'applaudissements.

M. Harper a aussi attaqué de front ses détracteurs qui se servent des médias pour contester son leadership. «En effet, je n'ai pas répondu aux critiques et je n'ai pas réagi contre les dissidents. Pourquoi? Laissez-moi vous dire quelque chose. Je suis dans ce métier depuis un bon moment maintenant, et il y a deux choses à retenir. Premièrement, n'importe quel conservateur, n'importe où, n'importe quand, qui critique un autre conservateur devient instantanément une énorme étoile médiatique. C'est comme ça. Ensuite, je pense que le leader qui a réussi à unir deux partis politiques est un leader qui doit ignorer ces individus. C'est un leader qui doit plutôt concentrer ses efforts et utiliser son temps pour attaquer les libéraux et personne d'autre!», a-t-il soutenu.