Ottawa lance une enquête sur les essais d'herbicides et de défoliants à Gagetown

Fredericton — Ottawa a lancé hier une vaste enquête sur l'utilisation d'agent Orange, d'agent Pourpre et d'autres herbicides à la base de Gagetown, au Nouveau-Brunswick, durant les années 1950, 1960 et 1970.

L'enquête vise à établir les faits et à communiquer avec les personnes préoccupées par la situation qui a prévalu à Gagetown au fil des ans.

Le gouvernement fédéral et les Forces armées canadiennes subissaient de fortes pressions depuis des mois pour que la lumière soit faite sur les essais de ces produits très toxiques — l'agent Orange, un puissant défoliant, a été largement utilisé durant la guerre du Vietnam — à la base de Gagetown.

Depuis le mois de juin, le ministère des Anciens Combattants aurait reçu plus de 700 demandes d'indemnisation de personnes affirmant que leur santé a été affectée par l'usage de l'agent Orange à Gagetown dans les années 1960.

L'armée américaine aurait également testé plusieurs types de ces produits à la base néo-brunswickoise.

En premier lieu, l'initiative annoncée hier consiste à rassembler des documents du gouvernement pour recueillir de l'information au sujet des membres des Forces canadiennes et des employés civils du ministère de la Défense nationale, actuels et anciens, qui pourraient avoir été présents lors de la pulvérisation d'herbicides à la base de Gagetown, et à confirmer les circonstances de leur présence, a précisé le gouvernement.

En second lieu, le gouvernement examinera «l'histoire de la pulvérisation d'herbicides à la BFC Gagetown, de 1952 à nos jours, ainsi que du devenir de ces herbicides et de leur impact sur l'environnement».

Deux études

Et, dernière étape, deux études seront publiées: une visant à évaluer les risques potentiels des herbicides pour la santé humaine, en fonction de la probabilité d'exposition à ceux-ci (type de produit, volumes, concentration, conditions d'application, fréquence d'utilisation, etc.); et une étude épidémiologique qui déterminera si l'incidence des maladies au sein de la population de la région entourant la base est supérieure à celle d'une population témoin se trouvant ailleurs.

L'initiative a été annoncée par le ministre des Affaires indiennes, Andy Scott, député de Fredericton, au nom de son collègue de la Défense, Bill Graham.

«J'espère que les gens vont découvrir la vérité, quelle qu'elle soit, et que le gouvernement, confronté à cette vérité, fera la bonne chose, quelle qu'elle soit», a dit M. Scott au cours d'une conférence de presse.

Les informations recueillies guideront Ottawa dans sa prise de décision sur cette controversée question, qui comprend notamment l'aspect du dédommagement des victimes.

L'ancien maire de Gagetown, Vaughn Blaney, qui a également été ministre au provincial, présidera les travaux. Aucune date n'a été fixée pour le dépôt d'un rapport, mais le ministre Scott a suggéré que les informations devraient avoir été recueillies d'ici une année.

Aucun budget n'a par ailleurs été alloué à l'exercice.