En bref: Agent Orange, Ottawa réclamera des preuves

Fredericton — Le gouvernement fédéral a fait savoir hier qu'il n'accepterait aucune réclamation à la suite de l'utilisation de l'agent Orange au Nouveau-Brunswick, à moins que celle-ci ne soit appuyée par des preuves solides.

Selon une porte-parole du ministère des Anciens Combattants, Janice Summerby, le fédéral a reçu jusqu'à présent 688 demandes d'indemnisation de personnes affirmant que leur santé a été altérée par l'usage du fameux défoliant sur la base des Forces armées canadiennes de Gagetown, dans les années 1960. «Nous étudions les plaintes reçues en tenant compte d'une exposition au produit assez importante pour causer des problèmes», a précisé Mme Summerby. Plusieurs personnes qui se disent victimes de l'agent Orange ont intenté un recours collectif contre le gouvernement fédéral. Les requérants exigent l'établissement d'un fonds en fidéicommis de 500 millions de dollars pour les victimes et leurs familles et un montant forfaitaire de 75 000 $ pour chaque victime.