Accès à l'information - La réforme Cotler est vertement critiquée

Ottawa — Le chien de garde de l'information au Canada s'apprête à critiquer sévèrement les propositions gouvernementales de révision de la loi fédérale d'accès à l'information.

John Reid, le Commissaire à l'information, compte s'en prendre au document d'orientation divulgué récemment par le ministre de la Justice, Irwin Cotler.

M. Reid, qui sera entendu par un comité parlementaire, demain, se basera sur ses critiques cinglantes du rapport d'un groupe de travail fédéral datant de 2002 sur une réforme de la Loi d'accès à l'information. À l'époque, il avait qualifié le document d'exercice de bureaucrates cherchant à faire pencher la balance de la loi en faveur du secret.

Or le document d'orientation rendu public par le ministre Cotler, au début du mois, s'inspire largement du rapport de ce groupe de travail.

En vertu de la Loi d'accès à l'information, les Canadiens peuvent, contre des frais de 5 $, demander à consulter divers dossiers gouvernementaux allant des vérifications comptables aux frais de dépenses en passant par la correspondance. Mais la loi, qui date de 22 ans, fait l'objet de critiques persistantes. On lui reproche d'être désuète et mal administrée.

M. Reid a déjà plaidé en faveur de modifications à la loi qui auraient pour effet de limiter les restrictions imposées aux documents susceptibles d'être dévoilés, d'élargir la couverture de la loi pour y inclure de nouveaux dossiers et d'autres institutions, d'accélérer le processus, d'améliorer la surveillance et de renforcer l'obligation de reddition de comptes du gouvernement.