Québec se dit prêt à céder à Ottawa ses données en santé

« Nous sommes prêts à continuer de partager l’ensemble de nos données, que nous collectons déjà pour offrir aux Québécois un système de santé efficace et performant », a déclaré le cabinet du premier ministre François Legault mercredi en fin de journée.
Jacques Boissinot Archives La Presse canadienne « Nous sommes prêts à continuer de partager l’ensemble de nos données, que nous collectons déjà pour offrir aux Québécois un système de santé efficace et performant », a déclaré le cabinet du premier ministre François Legault mercredi en fin de journée.

Le gouvernement du Québec change de discours dans le dossier des transferts fédéraux en santé et se dit prêt désormais à transmettre des données à Ottawa en échange de fonds additionnels.

« Nous sommes prêts à continuer de partager l’ensemble de nos données, que nous collectons déjà pour offrir aux Québécois un système de santé efficace et performant », a déclaré le cabinet du premier ministre François Legault en fin de journée mercredi. « Pour nous, le partage de données, c’est une question de transparence, et ça n’a pas besoin d’être une condition. »

Auparavant, le gouvernement caquiste avait toujours réclamé du fédéral qu’il hausse ses transferts en santé sans imposer de conditions aux provinces. Le gouvernement Trudeau, de son côté, juge que tout ajout d’argent devrait être assorti de cibles et d’exigences, incluant des données plus claires sur les services de santé offerts.

Le gouvernement du Québec réagissait mercredi à la volonté du gouvernement ontarien de se soumettre aux conditions imposées par Ottawa en échange d’une augmentation des transferts. « Chacun doit être imputable. Je dis toujours qu’il n’y a qu’un payeur de taxes, qu’on soit au municipal, au fédéral ou au provincial », a déclaré Doug Ford lors d’une conférence de presse rapportée par le Toronto Star.

Les provinces canadiennes réclament unanimement une hausse des transferts fédéraux en santé. Alors que les dépenses dans les hôpitaux et les services d’hébergement ne cessent d’augmenter, Ottawa ne finance que 22 % du fardeau, déplorent-elles en réclamant que cette part s’élève plutôt à 35 %.

Chacun doit être imputable. Je dis toujours qu’il n’y a qu’un payeur de taxes, qu’on soit au municipal, au fédéral ou au provincial.

 

Lors de sa rencontre avec Justin Trudeau à Montréal en décembre, François Legault s’était dit « confiant » dans la possibilité d’arriver à une entente « à long terme » entre les provinces et Ottawa dans ce dossier.

Mercredi, le cabinet de M. Legault a déclaré qu’il était « grand temps pour M. Trudeau d’accepter de rencontrer les premiers ministres pour enfin arriver à une entente ».

Avec La Presse canadienne

À voir en vidéo