Les prestations de maladie de l’assurance-emploi passeront de 15 à 26 semaines

La ministre de l’Emploi, Carla Qualtrough
Sean Kilpatrick Archives La Presse canadienne La ministre de l’Emploi, Carla Qualtrough

Le gouvernement fédéral a annoncé vendredi que la durée des prestations de maladie de l’assurance-emploi passerait bientôt de 15 à 26 semaines.

Dans un communiqué, la ministre de l’Emploi, Carla Qualtrough, indique que les Canadiens qui sont admissibles et qui présenteront une nouvelle demande à compter du 18 décembre pourront recevoir jusqu’à 26 semaines de prestations de maladie de l’assurance-emploi.

La durée maximale du congé de maladie non payé disponible pour les travailleurs du secteur privé sous réglementation fédérale passera également de 17 à 27 semaines, à partir du 18 décembre, en vertu du Code canadien du travail.

Les prestations de maladie de l’assurance-emploi sont offertes aux Canadiens qui doivent quitter momentanément leur travail à cause d’une maladie, d’une blessure ou d’une quarantaine. Le montant de ces prestations est fixé à 55 % de la rémunération hebdomadaire assurable moyenne du demandeur, jusqu’à concurrence de 638 dollars par semaine en 2022.

Le Conseil national des chômeurs et chômeuses a salué ce « grand pas en avant », tout en rappelant que cette prolongation avait été annoncée dans le budget de 2021 et qu’elle devait être en vigueur en août dernier.

Le porte-parole de l’organisme, Pierre Céré, souligne par ailleurs que la durée de ces prestations « n’avait pas été modifiée depuis l’introduction de ce volet dans le programme en 1971 ».

M. Céré soutient que ce changement à Ottawa « est le résultat de plusieurs années de mobilisation de multiples acteurs et actrices de la société civile, et ouvre la voie pour l’amélioration continue de ce volet de l’assurance-emploi vers l’objectif de 50 semaines de prestations ».

La porte-parole du Bloc québécois en matière de travail, Louise Chabot, estime que le gouvernement libéral « se contente d’une demi-mesure qui, de surcroît, se devait d’être en place depuis juillet dernier ».

« Nous savons que dans les cas de maladie grave, comme le cancer, les travailleurs ont besoin d’au minimum 41 semaines de prestations de maladie pour guérir dans la dignité », a-t-elle écrit dans un communiqué.

« Le Parlement a adopté, à plusieurs reprises, le principe de 50 semaines de maladie, comme lors du dépôt de notre projet de loi » d’initiative parlementaire en février 2021, rappelle Mme Chabot.

Les libéraux avaient promis lors de la dernière campagne électorale, en 2021, de moderniser le régime d’assurance-emploi. Ils se sont engagés à étendre le programme pour couvrir les travailleurs indépendants et combler les lacunes du système, y compris celles qui ont été mises en évidence par la pandémie de COVID-19.

Le gouvernement a procédé depuis août 2021 à deux phases de consultations sur la réforme de l’assurance-emploi. Les libéraux n’ont pas précisé à quel moment cette réforme aurait lieu, mais la ministre Qualtrough a déjà déclaré que le gouvernement présenterait d’ici la fin de cette année son « plan à long terme pour l’avenir de l’assurance-emploi ».

Pierre Céré souligne que l’annonce de vendredi « ne remplace en rien la réforme de l’assurance-emploi tant attendue, qui devrait être présentée, selon les signaux du gouvernement, au début du mois de décembre ».

À voir en vidéo