Ottawa lève les mesures liées à la COVID-19 aux frontières

Les ressortissants étrangers doivent actuellement être vaccinés pour entrer au Canada, mais ce ne sera plus le cas à compter du 1er octobre.
Paul Chiasson La Presse canadienne Les ressortissants étrangers doivent actuellement être vaccinés pour entrer au Canada, mais ce ne sera plus le cas à compter du 1er octobre.

Les mesures pandémiques aux frontières ne sont plus pertinentes, admet le gouvernement fédéral, qui abolira dès samedi les tests aux frontières, les exigences de quarantaine et d’isolement, et l’obligation d’entrer ses informations dans l’application ArriveCan.

« À partir du 1er octobre, nous supprimerons toutes les exigences frontalières, pour tous les voyageurs », a déclaré le ministre fédéral de la Santé, Jean-Yves Duclos.

Pas moins de cinq autres ministres du gouvernement Trudeau prenaient aussi part à la conférence de presse à Ottawa, lundi matin, pour confirmer les informations déjà rapportées par plusieurs médias.

Le 1er octobre marque aussi la fin du masque obligatoire dans les trains et les avions. Il ne sera plus nécessaire de faire l’autoévaluation de ses symptômes avant de monter à bord.

L’exigence de vaccination pour les voyageurs étrangers sera aussi chose du passé. L’application ArriveCan continuera d’exister, mais ne sera plus obligatoire pour entrer au pays.

Le ministre Duclos a cité différentes études selon lesquelles la pandémie a frappé moins fort le Canada que d’autres pays pour justifier le bien-fondé des mesures spéciales imposées aux voyageurs durant ces trente derniers mois de pandémie. « [Les décisions] ont été basées sur la prudence », assure-t-il.

Le ministre a défendu l’exigence modifiée maintes fois des tests aléatoires de COVID-19 pour les voyageurs arrivant au pays, et qui prendront fin samedi. « En raison des informations qu’on a pu récolter à la frontière, on s’est rendu compte que les nouveaux cas qui arrivent ne contribuent plus à la pandémie. »

Selon les données des résultats des tests aléatoires, publiées lundi après les demandes répétées du Devoir, environ 1 passager aérien sur 20 a obtenu un test positif à la COVID-19 lors de son arrivée au Canada entre le 19 juillet et le 10 septembre 2022. Des médecins ont toutefois remis en doute la pertinence de cette donnée, puisque des voyageurs pouvaient ne plus être contagieux au moment du dépistage.

Toujours en pandémie, dit Ottawa

 

« On a dépassé la phase aiguë de la pandémie, mais évidemment la COVID n’est pas terminée », a indiqué le Dr Howard Njoo, qui représentait l’Agence de la santé publique du Canada à la conférence de presse.

L’immunité conférée par l’infection et les vaccins a grandement amélioré la situation sanitaire du Canada, explique-t-il pour justifier la levée des mesures. Puisque cette immunité diminue au fil du temps, il demande toutefois à la population d’être à jour dans sa vaccination contre la COVID-19.

Le port du masque, même s’il n’est plus obligatoire, reste une recommandation de la Santé publique. Aussi le gouvernement se garde-t-il l’option de remettre en place des mesures sanitaires à la frontière si la situation épidémique change dans le monde, comme en cas d’émergence d’un nouveau variant préoccupant.

À voir en vidéo