La Chambre des communes rend officiellement hommage à la reine Élisabeth II

Les membres de la Chambre des Communes ont observé jeudi un moment de silence en l’honneur de feue Élisabeth II.
Sean Kilpatrick La Presse canadienne Les membres de la Chambre des Communes ont observé jeudi un moment de silence en l’honneur de feue Élisabeth II.

Le premier ministre Justin Trudeau a officiellement rendu hommage jeudi matin, aux Communes, à « notre reine », « la seule souveraine que la majorité d’entre nous ait connue ».

« Plusieurs mots ont été utilisés pour la décrire : devoir, service, dévouement, stabilité, a-t-il dit. Nous tous, ici, nous savons que le service exige des sacrifices. La reine l’a fait avec grâce. »

Rappelant qu’il avait eu la chance de rencontrer pour la première fois la reine Élisabeth II alors qu’il n’était qu’un petit garçon, aux côtés de son père en 1977, M. Trudeau a encore parlé de la souveraine comme de l’une de ses « personnes préférées dans le monde ».

Il a aussi rappelé qu’au cours de ses 70 ans de règne, la reine avait été des grands événements de l’histoire du Canada, comme le 100e anniversaire de la fédération, en 1967, ou le rapatriement de la Constitution, en 1982.

« Chez elle » et en français

« Sa Majesté se sentait chez elle au Canada, elle est venue au Canada plus souvent que dans n’importe quel autre pays, a dit le premier ministre. En 1964, elle avait dit qu’elle était heureuse de savoir qu’il existait dans notre Commonwealth un endroit où on attendait d’elle de s’exprimer officiellement en français. »

M. Trudeau a par ailleurs salué l’implication du nouveau roi Charles III, notamment en matière de réconciliation avec les Autochtones et d’environnement, et il a offert officiellement les condoléances de tous les Canadiens à la famille royale.

« J’espère que lundi prochain, les Canadiens, d’un océan à l’autre, pourront prendre quelques instants pour réfléchir à l’héritage incomparable de Sa Majesté, et à ce qu’elle représentait de mieux. »

Le président de la Chambre avait rappelé les députés de leur congé estival pour commémorer la reine Élisabeth II et son règne de 70 ans, après son décès en Écosse jeudi dernier.

Après le premier ministre Trudeau, le nouveau chef conservateur, Pierre Poilievre, s’adresse aux députés pour la première fois dans son nouveau rôle. Le premier ministre a d’ailleurs commencé son discours jeudi matin en félicitant M. Poilievre pour sa victoire samedi.

Le chef néodémocrate, Jagmeet Singh, et le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, devaient également prendre la parole jeudi. Les autres députés auront ensuite leur tour, et selon le nombre d’élus qui souhaitent se lever, les procédures pourraient se poursuivre vendredi matin.

L’ouverture de la session parlementaire de l’automne, qui devait avoir lieu lundi prochain, 19 septembre, soit le même jour que les funérailles de la reine Élisabeth II à Londres, a donc été reportée d’une journée, soit au mardi 20.

À voir en vidéo