Les fonctionnaires fédéraux auront congé pour les funérailles d’Élisabeth II

Le gouvernement du Canada offrira un jour férié à ses fonctionnaires pour leur permettre de « faire le deuil » de la reine Élisabeth II le lundi 19 septembre prochain, jour de ses funérailles.

« Nous allons déclarer un jour férié fédéral », a confirmé mardi le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, en marge d’une annonce gouvernementale. « Chaque province va prendre sa décision. […] On est en train de travailler avec les provinces et les territoires par rapport à leur perspective là-dessus », a-t-il expliqué.

Ce congé ne s’appliquerait qu’aux fonctionnaires, et non aux travailleurs d’industries sous compétence fédérale (le transport interprovincial, les télécommunications et les banques, entre autres). De toute manière, au Canada, la grande majorité des gens travaillent dans des entreprises de compétence provinciale.

« Journée de commémoration » au Québec

De passage à Montréal mardi, le premier ministre du Québec a rapidement fermé la porte à un jour de congé pour les fonctionnaires québécois ou les autres travailleurs de la province. « C’est une journée de commémoration, mais il n’y aura pas de journée fériée », a déclaré François Legault. Le chef de la Coalition avenir Québec compte d’ailleurs continuer de faire campagne.

« Je pense que c’est important que les élèves soient dans nos écoles, et c’est pour ça que je pense que ce n’est pas une bonne idée d’avoir un jour férié lundi. Par contre, on va commémorer, [comme] on l’a déjà fait, le décès de la reine Élisabeth II », a-t-il plus tard précisé en point de presse.

Des provinces comme la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick ont emboîté le pas au fédéral en offrant congé à leurs fonctionnaires lundi. L’Ontario y a renoncé, comme le Québec.

Justin Trudeau a refusé mardi de donner son avis sur l’idée de revoir le rôle de la monarchie au Canada, jugeant que les Canadiens lui parlent davantage de la hausse du coût de la vie, de l’inflation mondiale et de la guerre en Ukraine. « Nous sommes toujours ouverts à des discussions qui renforcent notre démocratie et nos institutions, spécialement quand elles sont attaquées de divers endroits », a-t-il noté.

Le premier ministre Trudeau et la gouverneure générale du Canada, Mary Simon, devraient s’envoler vers Londres ce week-end afin d’assister aux funérailles de celle qui était la cheffe d’État officielle du pays. Les détails du voyage — dont la participation des chefs des partis d’opposition à l’événement, notamment — n’ont pas encore été annoncés.

À voir en vidéo