Il est plus compliqué que prévu de faire venir les Ukrainiens au Canada, admet Ottawa

Le ministre des Transports, Omar Alghabra, lors d’une conférence de presse au Parlement à Ottawa en avril 2022.
Sean Kilpatrick La Presse canadienne Le ministre des Transports, Omar Alghabra, lors d’une conférence de presse au Parlement à Ottawa en avril 2022.

Le ministre fédéral des Transports, Omar Alghabra, a déclaré jeudi que les compagnies aériennes canadiennes étaient prêtes à donner un coup de main pour amener des réfugiés ukrainiens au Canada sur des vols nolisés — dès que certains obstacles logistiques seront surmontés.

Le gouvernement canadien a mis en place des programmes d’immigration spécifiques pour aider les Ukrainiens qui souhaitent venir au Canada de façon temporaire ou permanente.

Le ministre Alghabra indiquait le mois dernier qu’Ottawa avait conclu des accords avec des compagnies aériennes pour amener ces réfugiés au Canada sur des vols nolisés. Mais il a admis jeudi qu’il s’avère plus difficile que prévu d’organiser ces vols, car les réfugiés ne se trouvent pas tous au même endroit.

« Nous travaillons sur ces défis logistiques, mais j’espère que nous aurons de meilleures réponses à donner rapidement », a-t-il dit aux journalistes avant de se rendre à une réunion du conseil des ministres.

Le ministre Alghabra a souligné que plusieurs de ces Ukrainiens ne sont plus à l’endroit où ils se trouvaient lorsqu’ils ont demandé leur visa canadien, ce qui rend plus difficile l’organisation du transport aérien.

Ces déclarations ont fait bondir le porte-parole bloquiste en matière d’immigration, Alexis Brunelle-Duceppe, qui estime que les libéraux se traînent les pieds.

« Qu’on envoie des vols à différents endroits, qu’on le publicise et vous allez voir assez rapidement que les gens vont faire la queue pour embarquer sur ces avions-là. C’est d’une évidence ! », a-t-il lancé à sa sortie de la période des questions.

Selon lui, le ministre Alghabra agit comme une personne « désemparée face à la situation ».

« Comment se fait-il qu’il n’y ait pas encore un plan face à ces difficultés-là […] pour y remédier ? Franchement ! Ça ne prend pas la tête à Papineau », s’est-il exclamé.

Selon les plus récentes données publiées par le ministère de l’Immigration, Ottawa a approuvé les demandes de 71 057 Ukrainiens et leurs proches en vertu de l’Autorisation de voyage d’urgence Canada-Ukraine (AVUCU).

Ce programme se veut une voie d’accès rapide à une résidence temporaire de trois ans au Canada pour ces personnes ayant fui la guerre. En tout, 180 903 demandes ont été faites. Le ministre Alghabra s’est engagé à ce que des vols nolisés soient accessibles aux bénéficiaires de l’AVUCU.

Plus de cinq millions d’Ukrainiens ont fui leur pays vers d’autres régions d’Europe depuis que la Russie a lancé son invasion, le 24 février.

Avec Mia Rabson

À voir en vidéo