Erin O’Toole suggère d’accommoder les non-vaccinés plutôt que de les confronter

Le chef conservateur, Erin O'Toole, refuse de critiquer les non-vaccinés, tout au contraire du premier ministre.
Photo: Justin Tang La Presse canadienne Le chef conservateur, Erin O'Toole, refuse de critiquer les non-vaccinés, tout au contraire du premier ministre.

Le chef conservateur, Erin O’Toole, a estimé jeudi qu’on devrait accommoder ceux qui ne souhaitent pas se faire vacciner, plutôt que de les confronter, en leur offrant par exemple des tests de dépistage rapides.

Lors de la campagne électorale, M. O’Toole s’était opposé à la vaccination obligatoire des Canadiens. En conférence de presse à Ottawa, jeudi, il a accusé le premier ministre Justin Trudeau d’alimenter l’hésitation vaccinale au pays en attaquant de front ceux qui n’ont pas reçu le vaccin.

M. Trudeau déclarait encore mercredi que les Canadiens étaient fâchés de voir que des chirurgies sont annulées parce que les lits d’hôpitaux sont occupés par des non-vaccinés.

Le chef conservateur refuse de critiquer les personnes qui ne sont pas vaccinées : il estime que des « accommodements raisonnables » devraient être offerts à ceux qui travaillent dans le secteur du camionnage, afin d’éviter les interruptions de service.

Les experts préviennent dans plusieurs pays que le variant Omicron, hautement contagieux, menace de submerger les hôpitaux.

Au Québec, le gouvernement a décidé jeudi de serrer la vis aux non-vaccinés : à compter du 18 janvier, il faudra montrer un passeport vaccinal en règle pour magasiner à la Société des alcools (SAQ) ou à la Société québécoise du cannabis (SQDC).

En Ontario, la ministre de la Santé, Christine Elliot, a tenu à préciser encore jeudi que 73 % des 319 patients aux soins intensifs dans les hôpitaux de la province ne sont pas complètement immunisés ou ont un statut vaccinal inconnu. Cette donnée est précisée tous les jours dans le bilan de l’Ontario.

À voir en vidéo