Justin Trudeau plaide pour un prix mondial sur le carbone

Justin Trudeau a dit avoir bon espoir que d’autres pays se rendent compte que les autres moyens de réduire les émissions sont plus coûteux et moins efficaces.
Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne Justin Trudeau a dit avoir bon espoir que d’autres pays se rendent compte que les autres moyens de réduire les émissions sont plus coûteux et moins efficaces.

Le premier ministre Justin Trudeau a pressé les chefs d’État et de gouvernement de taxer 60 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre par un prix sur la pollution en 2030, lors d’un discours prononcé mardi dans le cadre des discussions sur le climat de la COP26, à Glasgow.

« Nous constatons qu’environ 20 % seulement des émissions mondiales font l’objet d’un prix sur la pollution », a-t-il déclaré dans son discours. « Nous devrions être ambitieux et dire dès aujourd’hui que nous voulons tripler ce chiffre, pour que 60 % des émissions mondiales soient taxées en 2030. »

M. Trudeau a commencé la deuxième et dernière journée des négociations annuelles sur le climat en cotenant un événement sur la tarification de la pollution, présentant la tarification canadienne du carbone comme l’une des plus ambitieuses et, selon ses propres termes, rigoureuses au monde.

« Ce que fait un prix du carbone fort, lorsqu’il est correctement établi, c’est influencer les prix du secteur privé, transformer l’économie et soutenir les citoyens en les encourageant à faire de meilleurs choix », a-t-il déclaré.

La tarification du carbone ne fait pas partie du plan du président américain, Joe Biden, pour lutter contre les changements climatiques, mais Justin Trudeau a dit avoir bon espoir que d’autres pays se rendent compte que les autres moyens de réduire les émissions sont plus coûteux et moins efficaces.

« Les différents pays vont prendre leur propre décision sur comment ils vont [agir] et quels outils ils vont utiliser, mais nous, on est là pour démontrer que ça se fait. Ça se fait d’une façon directe qui aide les gens et qui va fonctionner pour limiter les émissions », a-t-il déclaré dans une conférence de presse suivant son discours.

Justin Trudeau a déclaré être d’avis que les pays qui choisissent de ne pas taxer le carbone « devront en faire plus dans d’autres secteurs de leur économie » et qu’en fin de compte, ils débourseront plus d’argent pour lutter contre la pollution.

Un exemple

Justin Trudeau avait commencé la première journée du sommet par un discours appelant le reste du monde à suivre l’exemple du Canada et à négocier un prix minimum mondial du carbone.

Il compare l’idée à l’impôt minimum de 15 % pour les sociétés, pour lequel plus de 130 pays ont maintenant signé et qui vise à empêcher les grandes multinationales de faire de l’évitement fiscal en transférant leurs bénéfices dans des pays à faible taux d’imposition. « Cela garantirait que les pionniers de la tarification de la pollution ne soient pas injustement pénalisés », a-t-il déclaré.

La tarification du carbone a été un champ de mines politique au Canada ; les premiers ministres provinciaux conservateurs qui s’y opposaient ont mené la bataille jusqu’à la Cour suprême, qui a donné raison au gouvernement fédéral.

Le Parti conservateur du Canada, longtemps opposé à la tarification du carbone, est désormais lui-même engagé dans un débat interne sur le fond. Son chef, Erin O’Toole, a promis lors de la dernière campagne électorale de mettre en œuvre une autre version d’un prix sur le carbone qui utiliserait un système semblable à une carte de récompense.

Le nouveau ministre de l’Environnement, Steven Guilbeault, a déclaré lundi qu’il pensait que cette édition de la COP pourrait être celle qui déclencherait une véritable négociation menant à un prix mondial du carbone. Il a précisé qu’il y avait un niveau d’intérêt pour l’idée qu’il n’avait jamais vu auparavant.

Le ministre a indiqué que « ce n’était pas une affaire conclue », en ajoutant que la conférence de Glasgow a toutefois le potentiel d’être le début d’un travail de développement d’une telle initiative.

 

À voir aussi: Trois défis de la COP26



À voir en vidéo