Le Québec perd une circonscription dans le redécoupage fédéral

Selon la nouvelle répartition, l’Ontario et la Colombie-Britannique auraient chacun un siège supplémentaire. L’Alberta en aurait trois de plus, et le Québec, un de moins.
Photo: Adrian Wyld La Presse canadienne Selon la nouvelle répartition, l’Ontario et la Colombie-Britannique auraient chacun un siège supplémentaire. L’Alberta en aurait trois de plus, et le Québec, un de moins.

Le nombre de sièges à la Chambre des communes passera de 338 à 342 aussi tôt qu’en 2024, afin de tenir compte des changements dans la population canadienne. Si l’Ontario, l’Alberta et la Colombie-Britannique verront une augmentation de leur nombre de sièges, le Québec est la seule province à perdre un siège dans ce redécoupage.

Le directeur général des élections du Canada, Stéphane Perrault, en a fait l’annonce par communiqué de presse vendredi après-midi.

Voici la nouvelle répartition des sièges proposée par Élections Canada :

  • la Colombie-Britannique en aurait 43;
  • l'Alberta, 37;
  • la Saskatchewan, 14;
  • le Manitoba, 14;
  • l'Ontario, 122;
  • le Québec, 77;
  • le Nouveau-Brunswick, 10;
  • la Nouvelle-Écosse, 11;
  • l'Île-du-Prince-Édouard, 4;
  • Terre-Neuve-et-Labrador, 7;
  • le Yukon, 1;
  • les Territoires du Nord-Ouest, 1;
  • et le Nunavut, 1.
 

C’est donc un siège de plus chacun pour l’Ontario, qui passera de 121 à 122 sièges, et la Colombie-Britannique, qui passera de 42 à 43 sièges. L’Alberta aura droit à trois sièges de plus, soit 34 à 37. Le Québec, qui compte actuellement 78 sièges, en perd un. Le nombre de sièges reste inchangé en Atlantique et dans les territoires.

Le nombre de sièges est recalculé tous les dix ans après un recensement. Le directeur général des élections a effectué le calcul à partir des estimations en termes de population fournies par le statisticien en chef du Canada et d’une formule prévue dans la constitution, explique-t-on dans le communiqué transmis aux médias.

Sur la base de ces nouvelles informations, un nouveau découpage des limites des circonscriptions fédérales est aussi à prévoir dans chaque province. Ce processus, qui devrait commencer en février 2022, sera mené par des commissions indépendantes et non partisanes dans chacune des dix provinces. La nouvelle carte électorale devrait être terminée en octobre 2023, mais n’entrera pas en vigueur immédiatement.

À voir en vidéo