Les fonctionnaires fédéraux et les voyageurs devront se faire vacciner d’ici novembre

Les fonctionnaires fédéraux auront jusqu’au 29 octobre pour se faire vacciner, à défaut de quoi ils risqueront d’être mis en congé sans solde forcé. Les Canadiens qui veulent voyager à travers le pays devront quant à eux présenter une preuve de vaccination à compter du 30 octobre. Le gouvernement Trudeau veut ainsi donner l’exemple et « encourager » encore davantage les personnes non vaccinées à accepter le vaccin contre la COVID-19.

Dans trois semaines et demie, ce sont quelque 267 000 fonctionnaires fédéraux — à temps plein ou partiel, en télétravail ou en personne, au Canada ou à l’étranger — qui devront « attester » auprès du gouvernement qu’ils sont entièrement vaccinés contre la COVID-19. En date du 15 novembre, ceux qui ne le seront pas ou qui refuseront de dévoiler leur statut de vaccination seront en congé sans solde. Il n’y aura pas, sauf exception médicale ou religieuse, de possibilité de se soumettre à des tests de dépistage fréquents pour se souscrire à cette nouvelle obligation.

« En tant que principal employeur du pays, nous voulons nous assurer que le gouvernement du Canada montre l’exemple et met en place une politique de vaccination qui assure la sécurité des gens », a argué la vice-première ministre Chrystia Freeland aux côtés du premier ministre Justin Trudeau.

Un argument « politique » qu’ont rejeté les syndicats, qui ont en outre déploré de ne pas avoir été adéquatement consultés. « L’exemple aurait pu être beaucoup plus fort s’ils avaient établi une directive gouvernementale demandant à l’ensemble de la population d’être vaccinée », a rétorqué Stéphane Aubry, de l’Institut professionnel de la fonction publique du Canada. L’IPFPC déplore que la nouvelle politique s’applique même aux fonctionnaires en télétravail et à ceux qui ne sont pas en première ligne.

L’Alliance de la fonction publique du Canada a émis des reproches semblables. Bien qu’elle appuie la vaccination obligatoire, l’AFPC réclame que le fédéral respecte la vie privée de ses fonctionnaires — ce que dit faire Ottawa — , ainsi que le droit de négocier des syndicats.

De rares exemptions

Ottawa n’exigera pas de preuve formelle de vaccination, car celles-ci relèvent des provinces qui n’ont pas toutes mis en place un tel système. Le gouvernement prévient cependant qu’une attestation trompeuse entraînera des sanctions allant jusqu’au congédiement. Les gestionnaires des ministères pourront réclamer une preuve de vaccination « à tout moment ».

Des exemptions de nature médicale, religieuse ou en vertu de tout autre motif désigné par la Loi canadienne sur les droits de la personne seront permises ; le gouvernement y a été contraint en raison de la Charte des droits et libertés. Mais elles seront « extrêmement limitées et difficiles à obtenir », a assuré M. Trudeau.

Les fonctionnaires qui s’en prévaudront devront subir au moins deux tests de dépistage par semaine, payés par le gouvernement.

« On sait qu’il y a beaucoup de gens qui sont hésitants, qui sont résistants. Ce ne sera pas une conviction personnelle suffisante [pour être exempté] », a averti le premier ministre.

Les néodémocrates appuient la mesure — et réclament l’instauration rapide d’un passeport vaccinal fédéral. Les bloquistes demandent une étude parlementaire, convoquant des experts en condition du travail et en santé publique. Le Parti conservateur a également indiqué vouloir étudier la politique libérale

Ni Ottawa ni les syndicats n’ont su évaluer le nombre de fonctionnaires qui ne sont pas encore entièrement vaccinés. Mais ils évaluent que la proportion ressemble à celle de la population générale, où 81 % des 12 ans et plus ont reçu toutes leurs doses.

Voyager vacciné

À compter de la fin du mois, les voyageurs de 12 ans et plus qui monteront à bord d’un avion, voyageront à bord d’un train ou qui feront une croisière de plus de 24 heures devront par ailleurs présenter une preuve de vaccination. Ceux qui n’auront pas encore obtenu toutes leurs doses auront droit à une période de grâce : ils pourront présenter un test de dépistage moléculaire négatif jusqu’au 30 novembre.

Les employés des compagnies aériennes et ferroviaires devront aussi être vaccinés, tout comme ceux des aéroports du pays.

Bien que les partis fédéraux ne se soient pas encore entendus pour imposer l’obligation vaccinale dans l’enceinte parlementaire (car les conservateurs s’y opposent), les élus devront néanmoins se conformer à celle d’être vacciné pour venir à Ottawa en avion ou en train. « C’est quelque chose qu’Erin O’Toole et le Parti conservateur devront gérer », a pris soin de noter Justin Trudeau, deux semaines après l’élection.

Le Parti conservateur n’a toujours pas précisé combien de ses députés ne sont pas vaccinés. Les autres partis assurent que leurs élus le sont tous.



À voir en vidéo