Des circonscriptions encore sans vainqueur au lendemain du scrutin

Près d’une vingtaine de circonscriptions à travers le pays ne connaissaient toujours pas l’issue du scrutin mardi matin.
Photo: Graham Hughes Archives La Presse canadienne Près d’une vingtaine de circonscriptions à travers le pays ne connaissaient toujours pas l’issue du scrutin mardi matin.

Les électeurs de près d’une vingtaine de circonscriptions à travers le pays ne connaissaient toujours pas l’issue du scrutin dans leur coin mardi soir. Des résultats très serrés empêchaient encore certains candidats de crier victoire dans deux courses au Québec et dans treize autres ailleurs au Canada.

Le dépouillement des bulletins de vote spéciaux commençait aussi, alors qu’un nombre record de 1 029 583 bulletins de vote spéciaux avait été reçu lundi soir par Élections Canada avant l’échéance. Les vérifications d’identité ne pouvant commencer qu’après la fermeture des bureaux de scrutin, ces résultats seront communiqués seulement à partir de mercredi. Les bulletins spéciaux comprennent le vote par la poste depuis le Canada ou l’étranger, mais aussi celui des électeurs dans les hôpitaux, les établissements correctionnels ou les Forces canadiennes.

« Nous en sommes à la validation et à la vérification de chacune des enveloppes de ceux qui ont voté par la poste. On procédera ensuite au comptage des votes », a expliqué Pierre Pilon, porte-parole d’Élections Canada. Les résultats apparaîtront ensuite par vagues dans cette attente qui pourrait durer jusqu’à vendredi. « Il n’y a pas un temps maximum que ce comptage peut prendre. Ça dépend de l’importance du vote spécial, qui est à géométrie variable selon les circonscriptions », a-t-il ajouté.

À plusieurs endroits, ces votes — principalement envoyés par la poste — pourraient faire pencher la balance. À Trois-Rivières, la course continuait d’être extrêmement serrée, à la faveur d’une nuit agitée. Le candidat bloquiste René Villemure n’avait que 48 voix d’avance sur son plus proche rival, Yves Lévesque, du Parti conservateur, au moment où ces lignes étaient écrites. Les 2647 bulletins de vote spéciaux pour cette circonscription pourraient donc faire basculer ce résultat.

Le même cas de figure se répète dans Brome–Missisquoi, où la majorité de la bloquiste Marilou Alarie ne tenait qu’à moins d’une centaine de votes encore mardi soir. « Je vis bien cette attente car, franchement, je n’y peux absolument rien ! J’ai fait mon travail et maintenant les dés sont jetés », a-t-elle affirmé en entrevue en fin d’après-midi. Elle s’attend à un suspense de plusieurs jours. 

Sa rivale, la candidate du Parti libéral, Pascale St-Onge, n’avait pas non plus perdu espoir de l’emporter, étant donné les 2385 bulletins de vote spéciaux encore à dépouiller. « Je reste positive, même si je ne suis pas une personne de nature très patiente. J’essaie de ne pas me faire de scénario dans ma tête et de rester terre à terre », a-t-elle déclaré au Devoir en après-midi.

Dans Longueuil–Charles-LeMoyne, la députée du Parti libéral, Sherry Romanado, a quant à elle dégagé une avance confortable de 2068 voix sur la bloquiste Nathalie Boisclair. Même avec 2352 bulletins de vote spéciaux encore à dépouiller, un dénouement s’est néanmoins concrétisé mardi avant-midi, soit plus rapidement que dans les autres territoires aux résultats serrés.

À l’autre bout de la même localité, dans Longueuil–Saint-Hubert, le bloquiste Denis Trudel s’est hissé devant son adversaire libérale, Florence Gagnon, qui avait maintenu une faible avance durant plusieurs heures dans la nuit de lundi à mardi. Le député Trudel avait reçu 1500 votes de plus et, malgré 2274 bulletins de vote spéciaux encore à dépouiller, la plupart des médias le donnaient vainqueur.

Ailleurs au pays

La course la plus serrée, mardi matin, était celle de Sault-Sainte-Marie, en Ontario, où le libéral Terry Sheehan ne menait que par 41 voix. Là aussi, le décompte des 2000 bulletins spéciaux sera critique.

Dans la même province, les candidats dans Kitchener–Conestoga demeurent au coude-à-coude, avec moins de 200 votes de différence et 2000 trousses devant encore être comptées. Au centre-ville de Toronto, Davenport n’a toujours pas révélé l’inclination de ses électeurs et plus de 3000 bulletins sont en voie d’être ajoutés au total.

Dans Spadina–Fort York, c’est Kevin Vuong qui est en tête, ce candidat libéral rejeté par son parti à la suite d’allégations d’agression sexuelle. Ses 1320 votes d’avance pourraient cependant s’avérer insuffisants lorsque le dépouillement des 5000 bulletins spéciaux sera terminé.

La ministre sortante des Aînés, Deb Schulte, a perdu son siège dans King–Vaughan, où la conservatrice Anna Roberts a gagné par 1372 voix d’avance. Il reste encore 2654 bulletins de vote spéciaux à compter, mais un renversement de la situation semble maintenant hors de portée.

Les électeurs d’Edmonton-Centre devront probablement patienter jusqu’à mercredi, puisque moins de 140 votes forment l’écart entre le candidat du Parti libéral en tête, Randy Boissonnault, et le député conservateur James Cumming. Ici encore, plus de 3000 bulletins spéciaux pourraient être décisifs.

À Fredericton, la transfuge Jenica Atwin menait encore la course après le dépouillement des voix dans presque tous les bureaux de scrutin, avec près de 37 % du total des voix, soit 5 points de plus que lors de sa victoire de 2019. Cette élue est passée du Parti vert au Parti libéral en juin dernier, après un apparent désaccord avec la cheffe Annamie Paul. Mais les verts n’ont pas dit leur dernier mot dans la capitale du Nouveau-Brunswick et ils divisent le dernier tiers du vote avec le Nouveau Parti démocratique. C’est toutefois l’adversaire conservatrice Andrea Johnson qui suit la députée Atwin de plus près : elle doit attendre avec impatience l’ouverture des 3660 trousses de vote reçues par Élections Canada.

Autre circonscription fort surveillée tout au long des heures suivant la fermeture du scrutin, Vancouver Granville pourrait connaître un retournement de situation. Au moment où ces lignes étaient écrites, moins de 250 votes séparaient le libéral Taleeb Noormohamed de la néodémocrate Anjali Appadurai, et 6264 bulletins postaux attendaient encore d’être comptés.

Même un candidat ayant près de 700 voix d’avance, comme Wilson Miao dans Richmond-Centre, en Colombie-Britannique, hésitait à crier victoire au lendemain des élections. Plus de 4800 bulletins spéciaux n’ont toujours pas révélé la préférence des électeurs, alors que le sort du gouvernement libéral minoritaire, lui, était déjà connu depuis plus de 12 heures.



À voir en vidéo