La campagne d’Annamie Paul: Toronto-Centre ou rien

La candidate du Parti vert du Canada, Annamie Paul
Photo: Cole Burston La Presse canadienne La candidate du Parti vert du Canada, Annamie Paul

Annamie Paul, la cheffe du Parti vert du Canada, a tout misé sur Toronto-Centre pour gagner sa place aux Communes : elle ne s’est pas éloignée de la métropole ontarienne avant la dernière semaine de la campagne.

Elle s’est lancée dans la course après des mois de débats acrimonieux au sein de son parti, des débats qui ont mené en juin au passage de la députée Jenica Atwin dans le camp libéral. Durant la campagne, la cheffe a dû maintes fois défendre son leadership. « Je ne prendrai pas de leçon en gestion de caucus de votre part », lui a rétorqué Justin Trudeau lorsqu’elle lui a rappelé, lors du débat en anglais, le départ en mauvais termes de Jody Wilson-Raybould et de Jane Philpot en 2019.

Bien que l’environnement soit un enjeu électoral important pour bien des Canadiens, Annamie Paul n’a convaincu que 3 % d’entre eux, selon les derniers sondages. La cheffe des verts n’a pas non plus réussi à rallier plusieurs figures influentes de son parti : l’ancien chef du Parti vert de la Colombie-Britannique, Andrew Weaver, a donné son appui aux libéraux le 2 septembre dernier.

À l’exception de sa présence aux débats des chefs, Mme Paul n’est sortie que deux fois de Toronto : d’abord pour se rendre à l’Île-du-Prince-Édouard — où les verts forment l’opposition officielle provinciale —, puis à Kitchener-Centre, pour encourager son candidat Mike Morrice.

Si l’on en croit le site de prédictions électorales 338Canada, elle ne réussira pas à arracher Toronto-Centre aux libéraux. Restera-t-elle la cheffe du Parti vert au terme de la soirée électorale ?

Pour en savoir plus sur les élections fédérales 2021

En visualisations de données En vidéo Débats des chefs Sur le terrain Nos analyses Nos chroniques



À voir en vidéo