Le plan carbone d’O’Toole sera… volontaire

Le prix carbone du fédéral est actuellement de 40$ la tonne et doit augmenter graduellement jusqu’à 170$ la tonne en 2030.
Photo: Nathan Denette La Presse canadienne Le prix carbone du fédéral est actuellement de 40$ la tonne et doit augmenter graduellement jusqu’à 170$ la tonne en 2030.

Erin O’Toole a beau avoir martelé pendant des mois qu’il annulerait la taxe carbone libérale, son propre plan de tarification du carbone qui doit la remplacer ne sera finalement que volontaire.

Le chef conservateur a causé la surprise en admettant en entrevue éditoriale au Toronto Star que son « compte de crédits carbone » serait en fait une « alternative » à la taxe carbone actuelle pour les provinces qui souhaiteraient l’adopter. « Nous leur offririons un plan de transition vers cette approche, qui ne serait pas une taxe carbone fédérale », a affirmé M. O’Toole au quotidien torontois.

La plateforme conservatrice publiée au deuxième jour de la campagne électorale promettait pourtant encore d’« abolir » la taxe carbone actuelle.

Les conservateurs proposent en fait de créer un « compte d’épargne personnel pour la réduction du carbone » dans lequel seraient versées des compensations au prix carbone qui serait imposé aux Canadiens en vertu de leur consommation de carburants polluants. Ces fonds pourraient ensuite être utilisés pour acheter des biens écoénergétiques, comme une bicyclette, un véhicule électrique ou une nouvelle fournaise.

Le prix serait fixé à 20 $ la tonne au départ, puis augmenterait à 50 $ la tonne en 2022 pour ne plus être rehaussé par la suite.

Le prix carbone du fédéral est actuellement de 40 $ la tonne et doit augmenter graduellement jusqu’à 170 $ la tonne en 2030, dans les provinces qui se le sont vu imposé puisqu’elles n’avaient pas de système de tarification de carbone jugé suffisant par le gouvernement Trudeau.

Le programme libéral rembourse ensuite les consommateurs de façon égale, peu importe leur consommation personnelle, par le truchement de leurs impôts.

Une promesse de longue date

La plateforme conservatrice ne précise pas en quelle année le « compte de crédit carbone » serait prêt à être mis en œuvre. M. O’Toole s’est contenté de dire au Toronto Star que ce serait « rapidement ».

Il s’agirait d’un mécanisme complexe à mettre sur pied et qui nécessite d’établir toute une infrastructure pour répertorier les achats précis des consommateurs, créer un « compte » pour comptabiliser leurs « bonis-dollars » et assurer ensuite le suivi des achats écoénergétiques.

Les conservateurs, fédéraux comme provinciaux, s’opposent depuis cinq ans à la taxe carbone des libéraux. Trois provinces dirigées par des premiers ministres conservateurs — l’Alberta, la Saskatchewan et l’Ontario — se sont battues jusqu’en Cour suprême , mais le plus haut tribunal du pays a donné raison au gouvernement fédéral et confirmé la constitutionnalité de son plan de tarification du carbone. Erin O’Toole appuyait les efforts de ces provinces.

Pour en savoir plus sur les élections fédérales 2021

En visualisations de données En vidéo Débats des chefs Sur le terrain Nos analyses Nos chroniques



À voir en vidéo