Trudeau accuse O’Toole de se «cacher» derrière le lobby des armes à feu

Dimanche, Justin Trudeau a de nouveau attaqué les conservateurs sur leur promesse d’abroger la loi resserrant le contrôle sur les armes à feu.
Photo: Nathan Denette La Presse canadienne Dimanche, Justin Trudeau a de nouveau attaqué les conservateurs sur leur promesse d’abroger la loi resserrant le contrôle sur les armes à feu.

Le chef libéral Justin Trudeau accuse son adversaire conservateur Erin O’Toole de souffler le chaud et le froid sur l’interdiction des armes d’assaut parce que ce dernier aurait conclu une « entente secrète » avec le lobby des armes à feu pendant sa course au leadership.

M. Trudeau était de retour dans la région de Toronto, dimanche, pour attaquer de nouveau les conservateurs sur leur promesse d’abroger la loi resserrant le contrôle sur les armes à feu et le décret qui interdit plus de 1500 modèles d’armes d’assaut de style militaire. Ces promesses apparaissent dans leur plateforme électorale à la page 96, a répété le chef libéral.

Or, lors du débat en français de TVA, jeudi dernier, le chef conservateur a promis de maintenir l’interdiction des « armes d’assaut », ce qui semblait contredire sa plateforme.

« Erin O’Toole a fait une entente secrète lors de sa course au leadership […] et maintenant il est dans une situation difficile où il a fait une promesse à certains de ces groupes d’intérêts, ces groupes de défense des armes à feu, et en même temps, il tente de faire croire aux Canadiens que ce n’est pas le cas », a soutenu M. Trudeau, en réponse à la question d’une journaliste.

« Alors il induit les Canadiens en erreur en voulant à tout prix se faire élire. […] C’est le temps pour M. O’Toole de montrer patte blanche au sujet des ententes faites avec le lobby des armes ou tout autre groupe d’intérêts spéciaux qu’il défend contre les intérêts des Canadiens », a poursuivi le chef libéral.

Environ deux heures plus tard, M. O’Toole changeait son fusil d’épaule : le décret libéral de mai 2020 qui interdit les 1500 modèles d’armes d’assaut restera en place, a-t-il annoncé

En août 2020, La Presse canadienne avait confirmé que le lobby des armes à feu avait réussi à recruter des milliers de membres conservateurs au Québec, surtout, et à faire pencher la balance en faveur de M. O’Toole lors de la course au leadership. Guy Morin, président de Tous contre un registre québécois des armes à feu, avait confié que son groupe s’était fait promettre « certaines choses ».

Le cas de Raj Saini

M. Trudeau a été interrogé sur le cas de Raj Saini, qui a renoncé samedi à sa candidature dans la circonscription de Kitchener-Centre, en Ontario. M. Saini fait face à des allégations d’un comportement inapproprié à caractère sexuel à l’endroit d’une ancienne membre de son personnel. Il a nié fermement ces allégations.

Dans un communiqué publié samedi, M. Saini dit avoir pris cette « douloureuse décision » pour le bien-être de tous. Il ajoute que maintenir sa candidature ne servirait plus les intérêts de sa famille, de son personnel, de son équipe de campagne et de ses électeurs.

M. Trudeau, qui s’était porté à la défense de son ex-candidat jusqu’à vendredi, a soutenu qu’il y a eu de nouvelles allégations « très récemment » à l’endroit de M. Saini. Il n’a pas voulu en dire plus sur la nature des allégations.

« Je comprends à quel point c’est frustrant pour tout le monde, moi inclus, quand la seule réponse qu’on peut donner à des questions comme ça, des questions si importantes pour tant de monde, c’est : on a un processus et on l’a suivi, a-t-il dit. Pour des raisons […] de confidentialité, je ne peux pas en dire plus. Mais je veux assurer à tout le monde que M. Saini n’est plus notre candidat. »

« Ce n’est pas une réponse très satisfaisante, a-t-il reconnu. On aimerait savoir que ― “bam” ― on va tout réparer rapidement. Mais la vie, ce n’est pas comme ça. »

M. Trudeau poursuivra sa journée dans la région de Toronto. En après-midi, il remerciait des travailleurs de la santé en compagnie de sa candidate dans University — Rosedale, Chrystia Freeland.



À voir en vidéo