Les Québécois attendent toujours le contrat qu’Erin O’Toole a dit mettre à la poste

Le chef conservateur Erin O’Toole
Photo: Frank Gunn La Presse canadienne Le chef conservateur Erin O’Toole

À un peu plus de deux semaines du jour du vote, les Québécois attendent toujours le « contrat » que le chef conservateur Erin O’Toole disait avoir mis à la poste.

Le 18 août, jour 2 de la campagne électorale, M. O’Toole entamait son opération charme au Québec en faisant une série de promesses aux Québécois, se présentait comme « partenaire » plutôt que « paternaliste ».

« Au cours des prochains jours, vous allez recevoir mon contrat par la poste. Je vous invite à le lire, à [me] faire confiance », lançait-il dans son discours à l’aéroport de Québec.

« Je vais vous envoyer mon plan… et mon contrat », disait-il encore jeudi soir à Yves-François Blanchet, au cours du « Face-à-face » sur les ondes de TVA. Le chef bloquiste se moquait du fait que le chef conservateur répétait sans cesse qu’il avait « un plan », sans toutefois donner de précisions sur le contenu de son plan dans plusieurs thèmes.

Vendredi matin, aucun contrat conservateur n’était encore apparu dans une boîte postale au Québec.

Jeudi soir, le parti a cependant publié sur Twitter un lien vers une version électronique, en français seulement. M. O’Toole y reprend, entre autres, ses promesses de donner plus de pouvoirs en immigration à Québec et de « respecter le droit du Québec à adopter ses propres lois, comme la loi sur la laïcité de l’État ».

« Voici mon contrat envers vous. Conservez-le, car ce sont mes engagements. Si vous êtes tanné de Justin Trudeau, je vous invite à opter pour un gouvernement conservateur », conclut M. O’Toole sur une page web créée pour l’occasion.



À voir en vidéo