Les conservateurs équilibreraient le budget d’ici 10 ans «sans compressions»

Erin O’Toolemettrait en place davantage de programmes de relance, mais mettrait fin à une grande partie d’entre eux après la première année et les abolirait sur cinq ans.
Photo: Frank Gunn La Presse canadienne Erin O’Toolemettrait en place davantage de programmes de relance, mais mettrait fin à une grande partie d’entre eux après la première année et les abolirait sur cinq ans.

Erin O’Toole insiste sur l’objectif des conservateurs d’équilibrer le budget « sans compressions » d’ici 10 ans.

Lors d’un événement de campagne organisé au centre de diffusion du parti dans un hôtel d’Ottawa, le chef conservateur a déclaré que le Canada empruntait effectivement plus de 400 millions de dollars par jour, ce qui a entraîné un déficit de 354 milliards l’année dernière dans la foulée des dépenses d’urgence provoquées par la pandémie de COVID-19.

M. O’Toole a affirmé que, s’il est élu, il mettra en place davantage de programmes de relance, mais qu’il mettra fin à une grande partie d’entre eux après la première année et les abolira sur cinq ans.

Les responsables conservateurs ont déclaré que la solide reprise économique sur laquelle repose le plan conservateur suppose une croissance annuelle du PIB d’environ 3 %, un objectif atteint une seule fois depuis 2011.

Ni le budget libéral ni le programme du NPD ne mentionne l’équilibre budgétaire, les deux partis affirmant que l’investissement dans les programmes économiques et sociaux peut relancer l’économie et générer des revenus plus efficacement que des budgets sabrés.

Plus tôt dans la journée, Statistique Canada a publié des données indiquant que l’économie du pays a connu son pire trimestre depuis le début de la pandémie, se contractant de 1,1 % entre avril et juin et chutant possiblement encore en juillet.



À voir en vidéo