Blanchet suggère à Trudeau de changer d’attitude

Yves-François Blanchet était de passage à Montréal, lundi, pour réclamer le transfert accru des pouvoirs et responsabilités en matière d’immigration et d’intégration vers le Québec.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Yves-François Blanchet était de passage à Montréal, lundi, pour réclamer le transfert accru des pouvoirs et responsabilités en matière d’immigration et d’intégration vers le Québec.

Le chef du Bloc québécois s’en est pris lundi, au Jour 16 de la campagne électorale, à ses adversaires libéraux et verts.

Yves-François Blanchet a d’abord conseillé au chef libéral Justin Trudeau de tempérer ses propos s’il veut s’éviter les manifestations hostiles qu’il a subies ces derniers jours.

« Je me permettrais de […] suggérer au premier ministre de ne pas jeter de l’huile sur le feu », a-t-il dit. Puis, au journaliste qui s’étonnait de son choix de termes, il a nié les mots qu’il venait de prononcer.

« Non, non, non. D’abord je ne dis pas’’jeter de l’huile sur le feu’’, puis je ne dis pas que c’est de sa faute. Clairement pas.

« Je dis qu’il doit faire preuve de davantage de modération dans la façon dont il présente ses idées », a insisté M. Blanchet pendant son point de presse matinal, à Montréal.

La caravane libérale a eu à faire face à plusieurs manifestations d’anti-vaccins depuis le début de la campagne. M. Trudeau a cependant insisté pour dire qu’il ne reculerait pas sur sa stratégie pour combattre la COVID-19.

« Lorsqu’il interpelle les manifestants, […] une attitude responsable, rassembleuse et informative serait davantage de nature à réduire ce genre de risque qu’une attitude un petit peu baveuse », a renchéri M. Blanchet.

« Les insinuations du chef du Bloc sont tout à fait inacceptables, a lancé pour sa part la candidate libérale Mélanie Joly. Nous avons tous la responsabilité de dénoncer les actes de violence et les discours haineux. »

Les verts défendent des valeurs « hostiles » au Québec, dit Blanchet

Yves-François Blanchet a également eu maille à partir avec la cheffe du Parti vert, Annamie Paul, qui défend, selon lui, des valeurs « contraires et hostiles » à celles du Québec.

Il réagissait ainsi à la sortie récente de Mme Paul au sujet du projet de loi 96 sur la langue française au Québec.

Annamie Paul a remis en question la constitutionnalité du projet de loi québécois, une réforme de la loi 101, et proposé que la Chambre des communes l’étudie en comité.

Un tel exercice consisterait en un « bris grossier de juridiction », a martelé M. Blanchet, lors d’un point de presse devant le marché Maisonneuve.

« Le Parti vert défend activement des valeurs qui sont contraires et hostiles à celles des Québécois. Je pense que le Parti vert devrait davantage s’attarder à des positions vertes. »

Présenté le 13 mai dernier, le projet de loi 96 vise à encadrer l’usage du français dans plusieurs champs d’activité, dont les entreprises de 25 à 49 employés, l’affichage commercial et l’accès au cégep anglophone.

Pour le protéger des contestations judiciaires, le gouvernement Legault y a inclus une clause de dérogation, comme c’était le cas avec la loi 21 sur la laïcité de l’État.

M. Blanchet a d’ailleurs souligné que Mme Paul avait également attaqué cette autre loi québécoise, qui interdit le port de signes religieux chez les employés de l’État en position d’autorité.

La cheffe des verts a déclaré vendredi dernier que « toute loi qui dit qu’une femme devrait avoir honte de son choix de porter un hidjab […] est tout simplement mauvaise (wrong). Cela viole nos droits fondamentaux ».

« J’ai juste envie que les Québécois entendent tous ça, qu’ils le sachent », a répliqué lundi M. Blanchet.

« Est-ce qu’un moment donné, Mme Paul va faire autre chose que de parler de la loi 21 à Toronto ? Est-ce que ce parti-là est le Parti vert ou le Parti anti-21 ? » a-t-il demandé.

Immigration et meilleur contrôle des armes à feu

M. Blanchet était de passage à Montréal, lundi, pour réclamer le transfert accru des pouvoirs et responsabilités en matière d’immigration et d’intégration vers le Québec.

Son parti propose entre autres de rapatrier la gestion de la catégorie d’immigrants « Regroupement familial », afin d’en confier la pleine gestion au Québec, comme le demande le gouvernement Legault.

Il veut également rapatrier le Programme de travailleurs étrangers temporaires, et augmenter le nombre de visas temporaires destinés aux étudiants francophones qui veulent suivre des formations au Québec.

Plus tard en journée, le chef bloquiste a reçu de bons mots de la part de la mairesse de Montréal, Valérie Plante, qui s’est réjouie des propositions du Bloc en matière de contrôle des armes à feu.

Le Bloc souhaite ajouter au Code criminel une définition précise de ce qui constitue une « arme d’assaut » afin de bannir l’ensemble de ces armes.

En outre, il propose de restreindre « extrêmement sévèrement » les armes de poing et d’augmenter de façon importante les ressources à la disposition des douaniers, afin d’intercepter davantage d’armes à la frontière.

Mme Plante a félicité M. Blanchet en impromptu de presse d’avoir été le tout premier chef de parti à aborder l’enjeu de la sécurité des Montréalais et Québécois à l’occasion de la campagne électorale.

À voir en vidéo