Le NPD croit à la possibilité d’un vent de changement en politique fédérale

Jagmeet Singh était de passage à Yamachiche, en Mauricie, aux côtés de sa candidate dans Berthier-Maskinongé, l’ancienne députée Ruth Ellen Brosseau, pour annoncer la mise en ligne d’une plateforme web visant à aider les gens à voter.
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne Jagmeet Singh était de passage à Yamachiche, en Mauricie, aux côtés de sa candidate dans Berthier-Maskinongé, l’ancienne députée Ruth Ellen Brosseau, pour annoncer la mise en ligne d’une plateforme web visant à aider les gens à voter.

Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Jagmeet Singh, dit être en campagne électorale pour gagner et il refuse d’évoquer tout autre scénario que celui où il devient le prochain premier ministre du Canada.

Dimanche, Jagmeet Singh était de passage à Yamachiche, en Mauricie, pour annoncer la mise en ligne d’une plateforme Web visant à aider les gens à voter.

En conférence de presse aux côtés de sa candidate dans Berthier-Maskinongé, l’ancienne députée Ruth Ellen Brosseau, il a justifié le besoin d’une telle plateforme par la baisse du taux de participation observé lors d’autres élections tenues depuis le début de la pandémie.

Le site Web votonsdifferent.ca aide les gens à connaître les étapes nécessaires pour voter par correspondance ou encore à voter en personne par anticipation ou le jour du scrutin dans leur circonscription. La plateforme demande aux visiteurs d’inscrire leur code postal pour connaître les détails liés à leur circonscription, mais aussi leurs coordonnées.

Jagmeet Singh a expliqué que le parti voulait utiliser ces renseignements personnels pour faire des rappels auprès des gens tout au long du processus. Comme des dates limites sont prévues pour le vote par correspondance ou le vote par anticipation, le NPD veut ainsi continuer d’accompagner les gens dans le processus.

Par ailleurs, le NPD espère qu’en aidant les gens à voter en masse, un taux de participation plus élevé lui soit favorable. En réponse aux questions des journalistes qui l’interrogeaient sur ses intentions d’appuyer un éventuel gouvernement minoritaire libéral ou conservateur, le chef néodémocrate a refusé d’évoquer l’un ou l’autre de ces scénarios.

« Je suis dans cette élection pour la gagner, donc je n’accepte pas une défaite. Je veux devenir le prochain premier ministre pour aider les gens », a-t-il affirmé.

Pour sa part, Ruth Ellen Brosseau a répondu par l’expression selon laquelle « la définition de la folie c’est de toujours refaire la même chose et d’espérer un résultat différent ». Selon elle, il est temps de mettre fin à l’alternance des gouvernements libéraux et conservateurs et de donner une chance aux néodémocrates.

Étant elle-même un des visages de la vague orange qui a déferlé sur le Québec en 2011, Ruth Ellen Brosseau a dit croire qu’un grand vent de changement en politique fédérale est toujours possible.

Celle qui a été députée de Berthier-Maskinongé de 2011 à 2019 a rappelé que bien peu de gens avaient prédit l’élection de 59 députés néodémocrates au Québec sous Jack Layton.

« Les choses changent assez rapidement en campagne électorale, a-t-elle insisté. On a vu avec la vague orange que c’est possible. »

« Les gens sont frustrés, les gens ont été blessés pendant la campagne. Je pense que les propositions du NPD vont réellement faire une différence dans la vie des gens », a renchéri Mme Brosseau qui s’est établie comme agricultrice dans la région qui l’a élue il y a dix ans.

En anglais, M. Singh a dit voir de plus en plus de jeunes électeurs en colère de voir les grandes entreprises et les plus riches s’en tirer sans payer leur juste part alors qu’eux-mêmes sont incapables d’accéder à une première propriété.

À voir en vidéo