Le NPD promet un régime d’assurance-médicaments universel

Selon Jagmeet Singh, son plan coûterait au gouvernement fédéral 10 milliards de dollars, mais qu’il permettrait aux provinces d’économiser 4,2 milliards.
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne Selon Jagmeet Singh, son plan coûterait au gouvernement fédéral 10 milliards de dollars, mais qu’il permettrait aux provinces d’économiser 4,2 milliards.

Jagmeet Singh a déclaré qu’un gouvernement néodémocrate viserait à mettre en œuvre un régime d’assurance-médicaments universel, à compter de l’année prochaine.

Lors d’un arrêt de campagne vendredi à Thunder Bay, en Ontario, le chef néodémocrate a déclaré que des millions de Canadiens ne peuvent pas se payer les médicaments dont ils ont besoin et que son plan permettrait à une famille moyenne d’économiser 550 $ par année.

M. Singh estime que le plan permettrait aux provinces de mieux orienter les fonds vers les soins aux patients et aiderait les employeurs à économiser de l’argent sur les avantages sociaux des employés.

« Je sais que ce sera un travail difficile, mais cela permettra aux familles d’économiser de l’argent, ce sera une bonne chose pour notre système de santé, a dit M. Singh. Les gens ne seront pas malades parce qu’ils ne peuvent obtenir les médicaments dont ils ont besoin. Les gens ne verront pas leur état empirer parce qu’ils ne pouvaient conserver leur santé. »

« Cela permettra à tous d’économiser de l’argent et assurera que tout le monde bénéficie d’une meilleure qualité de vie. »

M. Singh a précisé que le plan coûterait au gouvernement fédéral 10 milliards de dollars, mais qu’il permettrait aux provinces d’économiser 4,2 milliards.

Les provinces auraient toutefois à utiliser leur pouvoir de négociation collective et à marchander pour de meilleurs prix, une tâche complexe, selon lui.

« Je sais que ce serait difficile, mais les familles sauveraient de l’argent et ce serait bon pour notre système de santé, a affirmé M. Singh dans la ville représentée par la ministre de la Santé, Patty Hadju.

« Quand nous avons inauguré notre système de santé universel, aujourd’hui un de nos trésors nationaux — quelque chose en quoi tout le monde croit — les provinces n’étaient pas toutes d’accord initialement. Quand une province donnait son aval, nous signions une entente. Nous aimerions faire de même. »

La promesse du NPD s’inscrit dans un engagement global de créer des plans nationaux de soins dentaires et de santé mentale, et cherche à distinguer les néodémocrates d’un Parti libéral qui a mis l’accent sur des problèmes similaires et a inclus l’assurance-médicaments dans sa plateforme dès 1997.

M. Singh a souligné les initiatives du NPD à la Chambre auxquelles se sont opposés les députés libéraux et conservateurs au cours de la dernière année, notamment un projet de loi d’initiative parlementaire visant à mettre en place une couverture universelle des médicaments et une motion visant à abolir les soins de longue durée à but lucratif.

« Les libéraux suivent cette stratégie : “Pourquoi réaliser quelque chose quand on peut uniquement le promettre ?”, a affirmé M. Singh.

Le plan, qui nécessiterait cinq ans pour atteindre une couverture complète selon le chef du NPD, propose une franchise de deux dollars pour les médicaments communs et cinq dollars pour les plus rares. Ces frais seraient levés pour les patients à faibles revenus.

La plateforme des conservateurs indique qu’ils négocieront de manière constructive avec l’industrie pour réduire les prix des médicaments tandis que le budget libéral d’avril a réitéré l’engagement du gouvernement de 2019 de 500 millions de dollars pour un programme couvrant les médicaments coûteux pour les maladies rares.

Le plan du NPD couvrirait « une très longue liste », plutôt que les 125 proposés dans le plan initial du NPD de l’Ontario en 2017, a indiqué M. Singh.

Il a aussi réitéré sa promesse de relancer la production domestique de vaccins et de médicaments de prescription « critiques » en établissant des usines de propriété publique.

À voir en vidéo