Trudeau multiplie ses attaques contre O’Toole en se servant de Doug Ford

Une quarantaine de personnes se sont entassés dans la pâtisserie de Mississauga où Justin Trudeau a tenu son point de presse, alors que l’Ontario limite à 25 les rassemblements intérieurs.
Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne Une quarantaine de personnes se sont entassés dans la pâtisserie de Mississauga où Justin Trudeau a tenu son point de presse, alors que l’Ontario limite à 25 les rassemblements intérieurs.

Au 13e jour de la campagne électorale fédérale, le chef libéral a ressorti une munition qui l’avait servi en 2019 ; il a évoqué le premier ministre ontarien.

« Voici pourquoi cette élection compte tant. […] Que ce soit les vaccins ou les garderies à 10 $ par jour, rien de tout cela ne se concrétisera si Erin O’Toole est assis à la même table que Doug Ford », a déclaré Justin Trudeau.

Pour cette attaque à peine voilée contre le premier ministre ontarien dont la popularité est si basse pendant cette pandémie qu’il n’est pas apparu en public depuis plusieurs jours, M. Trudeau s’est offert le décor d’une pâtisserie à Mississauga.

Politiciens, journalistes et employés du commerce — une quarantaine de personnes — se sont entassés dans le lieu alors que l’Ontario limite à 25 les rassemblements intérieurs.

À un journaliste qui lui faisait remarquer l’entorse à la règle sanitaire, le chef libéral a répété qu’il s’efforçait toujours de suivre les règles locales et a enchaîné que le chef conservateur fédéral refuse d’exiger que tous ses candidats soient vaccinés contre la COVID-19.

M. Trudeau a également utilisé l’argument de son programme national de garderies pour répondre à François Legault qui semblait, jeudi, lui préférer le chef conservateur.

« Malheureusement, M. Legault se trompe s’il pense que Erin O’Toole va quand même envoyer ces 6 milliards de dollars au Québec pour créer (des) places en garderie, parce que c’est écrit noir sur blanc dans sa plateforme conservatrice qu’il ne va pas poursuivre ce plan », a dit M. Trudeau, vendredi matin.

Les 6 milliards qui iront à Québec en cinq ans seront versés sans condition aucune ; le gouvernement Legault n’est pas obligé de s’en servir pour créer les 37 000 nouvelles places en garderie qu’a citées le chef libéral.

M. Trudeau applaudissait aussi le gouvernement Legault vendredi matin pour son passeport vaccinal et promettait de distribuer 1 milliard de dollars aux provinces, dont le Québec, qui installeront pareil outil.

Et il reprochait à Doug Ford de résister aux demandes pour un passeport dans sa province. « J’espère qu’ici, en Ontario, le premier ministre Ford va faire sa part aussi. C’est le temps qu’il écoute les experts en santé publique », a-t-il lancé dans une autre attaque, bien claire celle-là, contre le premier ministre ontarien.

À Terre-Neuve, le chef conservateur Erin O’Toole n’a pas voulu dire s’il était prêt à égaler pareille largesse fédérale pour des passeports vaccinaux provinciaux.

« Je vais toujours respecter les décisions des provinces en ce qui concerne les passeports vaccinaux (et) les mesures sanitaires », s’est contenté de répondre M. O’Toole à la question d’une journaliste.

O’Toole veut les cibles de Harper

Le chef conservateur a cependant clairement affiché ses couleurs en ce qui concerne la lutte aux changements climatiques. Pas question de respecter la mise à jour des cibles canadiennes de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES), telle que faite par le gouvernement libéral. Un gouvernement O’Toole reviendrait aux cibles établies par Stephen Harper.

Le gouvernement Trudeau s’est engagé à réduire les émissions de GES de 40 % à 45 % par rapport aux niveaux de 2005, et ce, d’ici 2030. La cible à laquelle M. O’Toole veut revenir est une réduction de 30 %.

« Les familles canadiennes méritent une reprise économique. Et ça serait notre approche ; cibler sur l’économie parce qu’avec une économie forte, on va avoir une opportunité de réduire les émissions », s’est justifié le chef conservateur durant une visite de campagne à Terre-Neuve-et-Labrador.

Blanchet s’en prend à O’Toole

Le chef conservateur a profité de son passage sur l’île pour confirmer qu’il n’annulerait pas l’appui financier de plus de 5 milliards de dollars offert par le gouvernement Trudeau au projet de Muskrat Falls.

Il n’en fallait pas plus pour faire bondir le chef du Bloc québécois qui considère que ce projet a été créé « dans le but de compétitionner à Hydro Québec ».

Yves-François Blanchet a mis en garde les électeurs tentés par le chef conservateur qui approche les Québécois « les bras chargés de bonbons, de fleurs, et de chocolats ».

« Je dis aux Québécoises et aux Québécois qui tendent l’oreille et savourent la boîte de chocolats qu’ils sont peut-être en train de se faire avoir. On enlève 6 milliards au Québec, alors qu’on veut donner 5 milliards à un projet qui a été créé pour nuire au Québec », a tonné Yves-François Blanchet, en citant l’intention à moitié admise des conservateurs d’annuler l’entente de 6 milliards avec Québec pour les garderies.

Le chef du Bloc québécois était encore au Saguenay, vendredi. Il y a réclamé la création d’un fonds sectoriel de 120 millions de dollars dédié à l’aluminium.

À voir en vidéo