Singh à Winnipeg pour courtiser l’électorat autochtone

Le chef néodémocrate, Jagmeet Singh, a visité Winnipeg-Nord, où se présente la candidate néodémocrate Melissa Chung-Mowat, qui est de culture chinoise et métisse.
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne Le chef néodémocrate, Jagmeet Singh, a visité Winnipeg-Nord, où se présente la candidate néodémocrate Melissa Chung-Mowat, qui est de culture chinoise et métisse.

Le chef néodémocrate, Jagmeet Singh, a repris jeudi au Manitoba ses engagements en matière de logement, alors qu’il fait campagne dans des circonscriptions de Winnipeg comptant d’importantes populations autochtones.

M. Singh a visité d’abord Winnipeg-Nord, circonscription représentée depuis 2010 par le libéral Kevin Lamoureux, qui est à nouveau candidat. Ce comté affiche aussi l’un des taux de participation les plus bas de tout le pays.

La candidate néodémocrate Melissa Chung-Mowat, qui est de culture chinoise et métisse, a déjà passé beaucoup de temps à faire campagne pour décrocher ce siège. Au scrutin de 2019, le libéral Lamoureux avait remporté la victoire avec plus de 7000 voix de majorité.

Tant les libéraux que les conservateurs ont visité Winnipeg au cours de la première semaine de campagne électorale. Des leaders autochtones ont brièvement rencontré Justin Trudeau, mais ils ont déclaré qu’ils n’avaient eu aucune communication avec l’équipe d’Erin O’Toole.

M. Singh devait également rencontrer des dirigeants autochtones plus tard dans la journée à La Fourche de Winnipeg, un quartier historique et touristique populaire de la ville. Il sera accompagné de la candidate Leah Gazan, membre de la première nation Wood Mountain Lakota, en Saskatchewan, qui se présente à nouveau dans Winnipeg-Centre, où elle a été élue en 2019.

Tant les libéraux que les conservateurs ont visité Winnipeg au cours de la première semaine de campagne électorale. Des leaders autochtones ont brièvement rencontré Justin Trudeau, mais ils ont déclaré qu’ils n’avaient eu aucune communication avec l’équipe d’Erin O’Toole.

L’Association des femmes autochtones du Canada a déclaré que cet électorat pourrait jouer un rôle important dans l’issue de ce scrutin.

« Les femmes autochtones ont attendu assez longtemps que le gouvernement du Canada fasse de nos enjeux une priorité, a déclaré Lynne Groulx, p.-d.g. de l’organisation. À cette élection, nous avons fini de demander : nous votons. Lorsque les partis politiques nous verront aux urnes, ils vont devoir commencer à écouter et à agir. »

Les questions autochtones, mises en évidence tout au long de la campagne, sont au premier plan au Canada depuis que des milliers de tombes non marquées ont été localisées sur les sites d’anciens pensionnats à travers le pays.

La semaine dernière, M. Singh a été le premier chef à faire campagne dans une réserve, en visitant le site de tombes anonymes de la première nation Cowessess, en Saskatchewan.

À Winnipeg, le chef néodémocrate a soutenu jeudi que son parti présentait une stratégie de logement en villes pour les Autochtones qui sera élaborée par eux. Il n’a pas révélé de coût pour ces initiatives de logement, qui comprennent également le doublement du crédit pour l’achat d’une première maison et des mesures pour réduire les paiements hypothécaires.

« Il y a eu un manque d’attention au problème du manque de logements pour les communautés autochtones, en particulier en dehors des réserves, dans les principales communautés », a déclaré M. Singh.

Aux élections de 2019, les conservateurs avaient fait élire au Manitoba sept députés, les libéraux quatre et les néodémocrates trois.

À voir en vidéo