Le NPD promet de réduire les factures de téléphonie cellulaire et d’Internet

Selon M. Singh, le plan néodémocrate permettrait à une famille moyenne d’économiser 1000 $ par année.
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne Selon M. Singh, le plan néodémocrate permettrait à une famille moyenne d’économiser 1000 $ par année.

Un gouvernement néodémocrate s’efforcerait de faire baisser les factures mensuelles de téléphonie cellulaire et d’Internet des Canadiens.

De passage mercredi à Windsor, en Ontario, le chef néodémocrate, Jagmeet Singh, a rappelé mercredi que les Canadiens sont parmi ceux qui paient les frais les plus élevés au monde pour ces services. M. Singh travaillerait avec le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes pour forcer les grands fournisseurs à plafonner leurs frais sous la moyenne mondiale.

« Tout ce que ça demande, en fait, c’est le courage de le faire », a-t-il dit.

Selon M. Singh, le plan néodémocrate permettrait à une famille moyenne d’économiser 1000 $ par année. Il soutient que lors de la campagne électorale de 2019, le chef libéral, Justin Trudeau, avait promis de réduire les factures de téléphonie cellulaire pour faire économiser la même somme à une famille de quatre personnes. Mais M. Trudeau s’est rangé, dit-il, du côté des entreprises de télécommunications plutôt que des familles, et cette promesse ne s’est jamais matérialisée.

Un porte-parole du Parti libéral a répondu aux commentaires de M. Singh en citant une note de Statistique Canada selon laquelle les prix à la consommation des services cellulaires avaient baissé de 21,5 % de juin 2020 à juin 2021.

L’Association canadienne des télécommunications sans fil a également réagi aux commentaires de M. Singh, citant le même rapport. « La réglementation gouvernementale des prix de détail est non seulement inutile, mais elle entraînerait moins de concurrence, causerait des pertes d’emplois et étoufferait l’innovation et l’investissement », a soutenu Robert Ghiz, p.-d.g. de l’association.

L’accès à Internet n’est pas un luxe

M. Singh a aussi soutenu mercredi que les forfaits « Internet illimité » devraient être vraiment illimités — que la vitesse ne ralentisse pas une fois qu’un certain seuil d’utilisation est dépassé.

Le chef néodémocrate a rappelé que l’accès à l’Internet est de plus en plus important, notamment depuis la pandémie de COVID-19, alors que les Canadiens doivent travailler et fréquenter l’école à la maison. « C’est un problème énorme parce que pour les gens maintenant, ce n’est pas un luxe », a déclaré M. Singh, qui a ajouté que l’amélioration des services cellulaires et Internet dans les communautés autochtones, rurales et éloignées serait une priorité pour un gouvernement néodémocrate. « On parle de travail, d’éducation, d’un accès aux services », a-t-il dit.

Le candidat local Brian Masse, qui représente la circonscription de Windsor-Ouest au Parlement depuis 2002, a soutenu que des gens du comté se font parfois facturer des frais d’itinérance lorsqu’ils se trouvent à proximité de la frontière canado-américaine. « C’est l’une des arnaques qui ont touché les consommateurs au cours des dernières années », a déclaré M. Masse, qui était récemment porte-parole du parti en matière de télécommunications.

« Une chose est claire pour moi : les libéraux, les conservateurs et le CRTC se sont rangés contre les consommateurs et derrière les grandes entreprises de télécommunications, a-t-il dit. Résultat : les Canadiens paient plus cher qu’à peu près partout dans le monde pour à peu près les pires connexions. »

M. Singh a tenu en après-midi une conférence de presse avec le maire de Windsor, Drew Dilkens, pour annoncer que les néodémocrates soutenaient le plan de la municipalité visant à améliorer les infrastructures locales, en particulier pour prévenir les inondations.

« Le gouvernement fédéral doit être un meilleur partenaire pour les municipalités », a déclaré M. Singh, ajoutant que les demandes de la Ville de Windsor s’alignent sur les valeurs néodémocrates.

À voir en vidéo