O’Toole veut accroître l’aide aux handicapés

Le chef conservateur soutient que les programmes sociaux nationaux et provinciaux ne devraient pas nuire à l’emploi en surtaxant les travailleurs canadiens.
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne Le chef conservateur soutient que les programmes sociaux nationaux et provinciaux ne devraient pas nuire à l’emploi en surtaxant les travailleurs canadiens.

Le chef conservateur Erin O’Toole a dévoilé samedi le volet de son programme concernant les personnes vivant avec un handicap au pays.

De passage à Edmonton, il a notamment promis de doubler le supplément pour personnes handicapées de l’Allocation canadienne pour les travailleurs, le faisant passer de 713 $ à 1500 $.

Cette promesse aurait des répercussions sur la vie d’environ 90 000 personnes.

Le chef conservateur soutient que les programmes sociaux nationaux et provinciaux ne devraient pas nuire à l’emploi en surtaxant les travailleurs canadiens. S’il est porté au pouvoir le 20 septembre, il promet aussi de superviser une réforme de l’aide pour les personnes vivant avec un handicap.

« Trop souvent, quand quelqu’un qui vit avec un handicap se cherche un emploi, cela réduit ses allocations et hausse ses impôts, a-t-il expliqué. Nos systèmes de prestations au fédéral et au provincial ne devraient pas pénaliser les gens qui choisissent de travailler. »

En avril, le gouvernement libéral avait promis d’augmenter le soutien financier, notamment par l’entremise du programme des prêts et bourses aux étudiants. Selon lui, environ 40 000 personnes pourraient recevoir individuellement 22 000 $.

Frustrations internes

 

Erin O’Toole a reconnu que le projet de tarification des émissions de carbone qu’il défend n’est pas appuyé par certains militants conservateurs.

En avril, le Parti conservateur avait proposé de mettre en œuvre un « prix » sur le carbone pour les particuliers, une sorte de programme de récompenses qui consisterait à facturer aux Canadiens l’achat de carburant à base d’hydrocarbure et à accumuler des fonds dans un compte d’épargne personnel.

« Ce projet établit un prix sur le carbone. Je reçois des questions à ce sujet. Il frustre certaines personnes, mais il démontre mon engagement », a souligné M. O’Toole.

La veille, il avait été confronté par un partisan qui parlait de « plusieurs agriculteurs irrités » lors d’un rassemblement conservateur à Saskatoon.

« Après cette conversation, ils avaient compris », a soutenu M. O’Toole.

Facturer le coût des émissions de carbone aux consommateurs a marqué un tournant majeur pour le parti, qui avait longtemps fait campagne pour l’abandon du programme mis en place par le gouvernement de Justin Trudeau.

L’annonce du programme est survenue moins d’un mois après que les délégués conservateurs eurent rejeté une résolution reconnaissant l’existence des changements climatiques lors du congrès du parti.

« J’ai clairement expliqué pourquoi le sujet des changements climatiques est important pour moi, pas seulement en tant que politicien. Je parle des changements climatiques avec ma fille Molly, qui a 15 ans. Et nous devons atteindre nos objectifs d’émissions en tant que pays », a déclaré M. O’Toole.

À voir en vidéo