Les demandes bloquistes sur les pensions de vieillesse revues à la hausse

Le Bloc québécois revoit à la hausse ses revendications concernant les prestations de retraite des aînés, mais sans chiffrer ses demandes.

Le chef bloquiste, Yves-François Blanchet, a laissé entendre mardi matin que son parti allait demander davantage que les 110 $ de bonification indexée par mois qu’il réclamait depuis 2019 au régime fédéral de pension de la sécurité de la vieillesse.

M. Blanchet faisait campagne mardi matin dans Montmagny, une circonscription représentée par le Parti conservateur. Il a suggéré que les valeurs du Parti conservateur ne correspondent pas aux valeurs québécoises.

Le chef bloquiste a évoqué son nouvel engagement pour les aînés dans un échange organisé par le parti avec des sympathisants bloquistes âgés de plus de 65 ans à leur domicile de Montmagny.

Le chef bloquiste estime que le montant supplémentaire mensuel de 110 $ qu’il réclame doit être revu à la hausse, mais il n’a pas précisé de combien. « Le coût de la vie a augmenté, donc si c’était 110 $ il y a deux ans, ça devrait être davantage pour arriver à un résultat similaire en matière d’augmentation du pouvoir d’achat des aînés », a-t-il plaidé en discutant avec les aînés.

« Manœuvre vulgaire »

En outre, il s’en est pris au gouvernement libéral qui vient de verser un chèque de 500 $ aux aînés de 75 ans et plus, mais en laissant pour compte les personnes âgées de 65 à 75 ans.

M. Trudeau a créé une « discrimination inacceptable », en plus de faire une « manœuvre vulgaire », soit verser un chèque au moment du déclenchement des élections, a dénoncé son adversaire bloquiste.

Pour une troisième journée consécutive, le chef du Bloc chasse dans les terres de ses adversaires : le Bloc veut enlever la circonscription de Montmagny–L’Islet–Kamouraska–Rivière-du-Loup au conservateur Bernard Généreux.

« L’écart entre les valeurs des conservateurs et les valeurs du Québec se creuse, a dit M. Blanchet en évoquant le programme électoral conservateur. L’identité des conservateurs et l’identité québécoise sont deux choses qui s’éloignent de façon importante l’une de l’autre. »

À voir en vidéo