Ottawa ajoute à sa liste quatre «entités terroristes» en vertu du Code criminel

Des membres des «Three Percenters» ont été liés à un complot visant à kidnapper la gouverneure du Michigan, aux États-Unis.
Photo: Jeff Dean Agence France-Presse Des membres des «Three Percenters» ont été liés à un complot visant à kidnapper la gouverneure du Michigan, aux États-Unis.

Le gouvernement canadien a ajouté deux autres groupes d’extrême droite et un Américain néonazi bien connu à sa liste d’« entités terroristes », alors qu’il tente de contrer la montée de la violence « suprémaciste blanche » au pays.

Avec ces ajouts, la liste compte maintenant 77 entités terroristes inscrites en vertu du Code criminel canadien. Le ministre de la Sécurité publique, Bill Blair, a indiqué vendredi que les groupes « Three Percenters » et « Aryan Strikeforce » rejoignent dans cette liste les « Proud Boys », qui avaient été ajoutés en février après l’assaut donné au Capitole à Washington le 6 janvier.

Des membres des « Three Percenters » ont été liés à un complot visant à kidnapper la gouverneure du Michigan, et de hauts responsables du renseignement affirment que des chapitres canadiens de ce groupe d’extrême droite ont mené des activités de formation en Alberta et en Colombie-Britannique.

L’« Aryan Strikeforce », fondée au Royaume-Uni entre 2006 et 2010, est décrite comme « un groupe néonazi qui vise à mener des activités violentes pour renverser les gouvernements, déclencher une guerre raciale et éradiquer les minorités ethniques ». Ce groupe est associé à « Combat 18 », division armée de « Blood & Honour » qui a « commis des actes de violence, y compris des meurtres et des attentats à la bombe », indique le gouvernement canadien. Ces deux groupes sont déjà inscrits sur la liste du Canada.

Par ailleurs, le gouvernement canadien ajoute à la liste un suprémaciste blanc de 69 ans, James Mason, que les responsables décrivent comme un néonazi de longue date, entré en 1966, à l’âge de 14 ans, au groupe jeunesse de l’« American Nazi Party ». Selon les autorités, Mason aurait « fourni des directives tactiques sur la manière de diriger un groupe terroriste ». Le néonazi américain n’est que le deuxième individu ajouté à la liste canadienne d’« entités terroristes ». Gulbuddin Hekmatyar, chef du groupe islamiste Hezb-e Islami Gulbuddin en Afghanistan, avait été ajouté à la liste en 2005 et il y figure toujours.

Une filiale de Daesh en République démocratique du Congo a également été ajoutée vendredi à la liste des entités terroristes.

Des groupes figurant sur cette liste, créée après les attentats du 11 septembre aux États-Unis, pourraient voir leurs biens saisis et des sanctions criminelles graves sont prévues pour avoir aidé ces organisations à mener des activités extrémistes.

Le ministre Blair a indiqué que la menace grave que représente l’extrémisme violent à caractère idéologique s’est exprimée encore récemment avec des événements comme l’attentat visant une famille musulmane à London, en Ontario, plus tôt ce mois-ci, ainsi qu’une montée des gestes haineux contre les Juifs, les Asiatiques et les Noirs.

À voir en vidéo