17 millions pour le PLC, 537 246$ pour le Bloc

Ottawa — C'est encore une fois le Parti libéral du Canada qui a récolté le plus d'argent sur la scène politique fédérale en 2003, avec des dons totalisant plus de 17 millions, a indiqué hier Élections Canada. C'est cinq millions de plus qu'en 2002, en raison en grande partie du surplus de 2,9 millions que l'organisation de Paul Martin a accumulé lors de la course au leadership, et versé dans les coffres du parti.

En additionnant les dons recueillis par l'Alliance canadienne et l'ancien Parti progressiste-conservateur, on découvre que la nouvelle formation de Stephen Harper a disposé de 11,2 millions en 2003. C'est 600 000 $ de moins que le montant amassé par les deux partis en 2002, mais il faut préciser que la fusion n'a pris effet qu'à la fin de l'année 2003.

Le Bloc québécois a quant à lui connu une baisse importante de son appui financier: il a récolté en 2003 quelque 537 246 $, contre 895 000 $ l'année précédente. Au Nouveau Parti démocratique, on a recueilli plus de 10 millions, soit près du double des 5,25 millions obtenus en 2002.

En comparaison, le Parti vert fait figure de parent pauvre: il a reçu des dons totalisant 234 518 $ en 2003. Mais à l'instar du NPD et du Bloc, la formation écologiste profitera grandement des nouvelles règles de financement politique, qui sont entrées en vigueur au début de 2004.

En vertu d'une loi adoptée en juin 2003, les dons d'entreprises sont plafonnés à 1000 $ et ceux des particuliers, à 5000 $. Pour compenser les pertes des partis, l'État verse désormais aux partis enregistrés des subventions de 1,75 $ par vote obtenu aux dernières élections générales. Comme ils ont reçu moins de suffrages le 28 juin dernier qu'en 2000, les libéraux et les conservateurs recevront moins d'argent public que prévu.