Les canadiens remplacés par des Norvégiens en Afghanistan - Des soldats de Valcartier font leur dernière patrouille autour de Kaboul

Au cours  de leur mission de six mois en Afghanistan, les militaires canadiens du Royal 22e Régiment auront effectué plus de 3800 patrouilles
Photo: Agence Reuters Au cours de leur mission de six mois en Afghanistan, les militaires canadiens du Royal 22e Régiment auront effectué plus de 3800 patrouilles

Kaboul — Cinq soldats de la base de Valcartier ont effectué hier la dernière patrouille menée autour de la capitale afghane par des militaires canadiens, qui seront remplacés par un contingent dirigé par des militaires norvégiens.

Au cours de leur mission de six mois en Afghanistan, les militaires canadiens du Royal 22e Régiment auront effectué plus de 3800 patrouilles et 880 points de contrôle dans la ville de 3,5 millions d'habitants.

Aucun membre du contingent n'a été blessé jusqu'ici. La mission des soldats canadiens ne sera pas terminée avant la semaine prochaine, quand un escadron de véhicules blindés de reconnaissance passera le relais à ses remplaçants venus d'Edmonton.

«Je me sens bien, a déclaré le chef de bataillon, le lieutenant-colonel Stéphane Roy, après une cérémonie de relève du commandement qui s'est déroulée en fin de journée. C'était une mission très stimulante et je me sens bien parce que tout s'est bien passé. Je suis heureux de ramener tous mes soldats avec moi au Canada.»

Une dernière fois

Hier, sous un soleil brûlant, le sergent Sylvain Leclerc a dirigé cette dernière patrouille dans le secteur canadien, qui se compose de rues en secteur urbain, de marchés dans des villages, de sentiers pour mener les chèvres aux pâturages, de cols de montagne, de déserts poussiéreux et de vallées à la végétation très dense. Cette zone sera désormais patrouillée par des militaires norvégiens, belges et hongrois.

Pendant trois heures, le sergent Leclerc et ses soldats parachutistes ont traversé une dernière fois le secteur, en profitant pour donner des cigares à des collègues de la milice afghane avec qui M. Leclerc a eu l'occasion de converser plusieurs fois longuement. «Nous avons parlé de religion, de famille et du mode de vie en Afghanistan, a dit le sergent de 39 ans. Nous n'avons jamais parlé de la guerre — tout sauf la guerre.»

Durant sa cinquième — et dernière — mission en Afghanistan, M. Leclerc a dirigé plus de 100 patrouilles dans Kaboul et ses environs. Son épouse est aussi dans l'armée et, comme ils prennent tous deux part aux missions, ils ne se voient pas souvent. «Quand elle est partie, je reviens, a-t-il dit. Et quand je reviens, elle est partie. C'est toujours comme ça et ça suffit.»

Retour possible

Mais d'autres militaires canadiens pourraient revenir en Afghanistan, bien qu'après août 2005 Ottawa n'ait pris aucun engagement formel en ce sens avec l'OTAN.

Le lieutenant-colonel Roy a indiqué que tôt ou tard, le 22e sera de retour. «Probablement que les militaires canadiens vont rester encore quelques années, a-t-il dit. Nous n'avons que trois brigades au Canada alors, dans un an, il est fort probable que des soldats de Valcartier reviendront.»

Le remplaçant de M. Roy est le lieutenant-colonel norvégien Yngve Odlo, un officier de blindés de 41 ans qui en est à son premier déploiement outre-mer. Son groupe de 550 soldats se chargera du secteur qui était patrouillé par 700 des 2000 Canadiens.