Assurance-médicaments - Un régime national, à quel coût?

Ottawa — Une semaine après avoir proposé la création d'un régime fédéral d'assurance-médicaments, les premiers ministres provinciaux ne peuvent toujours pas dire combien coûterait un tel système.

Les ministres des Finances et de la Santé des provinces devront se pencher sur la question au cours d'une rencontre prévue plus tard ce mois-ci, a indiqué hier le premier ministre des Territoires du Nord-Ouest, Joe Handley.

Les premiers ministres provinciaux pourraient se rencontrer à nouveau au début septembre pour discuter du projet avant d'entamer des négociations officielles avec le premier ministre Paul Martin, le 13 septembre.

M. Handley a reconnu que les premiers ministres n'avaient pas de chiffres en main lorsqu'ils ont fait leur proposition à leur réunion de juillet à Niagara-on-the-Lake, en Ontario. «Nous avons demandé à nos ministres des Finances et de la Santé de se réunir à la fin août pour discuter des coûts et implications d'un tel système. Par la suite, on établira notre stratégie pour notre rencontre avec le premier ministre [Martin]», a ajouté M. Handley.

Les experts estiment qu'un régime national d'assurance-médicaments coûterait entre sept et douze milliards de dollars. L'incertitude quant au coût du régime résulte en partie du fait que les régimes provinciaux actuellement en vigueur, et qu'il remplacerait, sont très différents quant aux médicaments qui sont couverts. De plus, certaines provinces n'ont aucun régime du genre en place. Le Québec préfère pour sa part conserver son propre régime.

Selon l'ancien premier ministre de la Saskatchewan Roy Romanow, qui a dirigé une commission d'enquête royale sur l'état des soins de santé au pays, Ottawa n'a aucunement l'intention de financer un régime national d'assurance-médicaments.