La quarantaine obligatoire à l’hôtel est maintenue pour les Canadiens qui rentrent au pays

L’obligation de quarantaine à l’hôtel pendant trois jours, en attendant un résultat négatif de test PCR à l’arrivée au Canada, a été mise en place en février et récemment prolongée jusqu’au 21 juin.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir L’obligation de quarantaine à l’hôtel pendant trois jours, en attendant un résultat négatif de test PCR à l’arrivée au Canada, a été mise en place en février et récemment prolongée jusqu’au 21 juin.

Les Canadiens qui rentrent au pays ne seront pas exemptés de la quarantaine obligatoire à l’hôtel pour l’instant, malgré qu’un comité consultatif ait recommandé d’abandonner cette mesure. Mais les quarantaines seront éventuellement assouplies, a assuré la ministre fédérale de la Santé, qui souhaite d’abord consulter les provinces et voir la troisième vague de COVID-19 davantage maîtrisée.

« Ce rapport nous offre une feuille de route quant aux prochaines étapes que nous pouvons étudier alors que nous commençons à voir une augmentation de la protection des Canadiens grâce à la vaccination ainsi qu’une réduction de la COVID-19 », a réagi la ministre Patty Hajdu vendredi.

L’administratrice en chef de la santé publique du Canada, la Dre Theresa Tam, a cependant noté qu’il faudrait patienter encore un peu. « Lorsqu’un pays est toujours en pleine troisième vague et que nous n’avons pas encore atteint un niveau suffisant d’immunité au sein de la population, il est plus difficile de tolérer les importations [de coronavirus] et d’être en mesure de gérer ce genre de scénarios », a expliqué le Dre Tam.

La levée des quarantaines à l’hôtel « fait l’objet de discussions actuellement », a-t-elle rapporté. « Et nous établirons la suite des choses dans un avenir rapproché. »

« Nous pouvons anticiper que les mesures seront ajustées », a pour sa part admis la ministre Hajdu, en réclamant toutefois « davantage de temps » avant d’annoncer à quel moment.

Pourparlers avec les provinces

Car la ministre a insisté vouloir discuter de la question avec ses homologues provinciaux — qui avaient réclamé haut et fort qu’Ottawa impose des mesures de contrôle frontalières cet hiver pour freiner l’arrivée de variants et de trop nombreux nouveaux cas de COVID-19 au Canada.

« Comme vous le savez, ces mesures ont été mises en place suite à de nombreuses conversations avec les provinces, a rappelé Mme Hajdu. Je veux m’entretenir avec les ministres provinciaux de la Santé avant de m’engager de quelque façon que ce soit à modifier notre position. » D’autant plus que certaines provinces peinent encore à maîtriser l’épidémie sur leur territoire, comme le Manitoba où le fédéral a annoncé qu’il enverrait de l’aide en début de semaine. L’Alberta commence aussi à peine à voir sa courbe épidémiologique redescendre.

Un comité d’experts a fait valoir au gouvernement fédéral jeudi que la quarantaine obligatoire de trois jours à l’hôtel, imposée aux voyageurs aériens, était contournée par certains — qui paient une amende plutôt que de s’y soumettre ou qui passent par les États-Unis puis la frontière terrestre pour l’éviter — et coûteuse à imposer. Mieux vaudrait envoyer les voyageurs en quarantaine chez eux, et mieux les y surveiller, a recommandé le rapport. Ceux qui n’ont pas de plan de quarantaine adéquat seraient toutefois encore envoyés dans des centres gérés par Ottawa. Les voyageurs ayant reçu leurs deux doses de vaccin ne devraient quant à eux ne plus être soumis à une quarantaine du tout.

Les tests de dépistage PCR demeurent toutefois recommandés au retour pour tous les voyageurs, et avant le départ pour ceux qui ne sont pas entièrement vaccinés.

L’obligation de quarantaine à l’hôtel pendant trois jours, en attendant un résultat négatif de test PCR à l’arrivée au Canada, a été mise en place en février et récemment prolongée jusqu’au 21 juin.

L’épidémie sur la bonne voie

La santé publique fédérale a par ailleurs présenté ses dernières projections épidémiologiques vendredi. « Au cours des derniers mois, la situation s’est nettement améliorée », ont confirmé les autorités.

Le nombre de nouveaux cas quotidiens est en baisse, tout comme les hospitalisations et les décès. Le taux de reproduction du virus (Rt) est inférieur à 1 partout au Canada, sauf au Manitoba où il se chiffre à 1,8. Plus de 22 millions de doses de vaccin ont été administrées, permettant à 62 % de la population adulte canadienne de recevoir au moins une dose de vaccin. Seul 0,15 % des Canadiens vaccinés dans neuf provinces avaient attrapé la COVID-19, en date de mardi, deux semaines après avoir reçu au moins une dose de vaccin.

L’heure n’est cependant pas au déconfinement hâtif, a prévenu la Dre Tam.

Selon que les citoyens réduisent suffisamment ou augmentent un peu trop leurs contacts avec autrui, le Canada devrait compter 1356 à 3805 nouveaux cas de COVID-19 par jour d’ici le 10 juin — contre une moyenne de 3400 ces jours-ci. Et le nombre de décès quotidien devrait se chiffrer de 16 à 62 par jour d’ici deux semaines — contre 43 en moyenne actuellement.

À voir en vidéo