Les faits saillants du rapport Deloitte & Touche

Examen des pratiques de gestion
- En tant que président du conseil (1996-99), puis de président de la SCP, André Ouellet a reçu des remboursements de dépenses de plus de deux millions, sans pièce justificative. Il approuvait lui-même ses dépenses. Ce dernier a allégué que les demandes et les documents qui l’accompagnent se trouvaient à son domicile. Il ne les a toujours pas fournis à Deloitte & Touche. La SCP aurait payé neuf voyages de l'ancien ministre Alphonso Gagliano

- La SCP a procédé à 87 «embauches spéciales» dérogeant aux politiques de ressources humaines de la société, sur recommandation du président du conseil de 1996 à 1999 puis du président de 1999 à 2003. (André Ouellet a occupé successivement ces deux fonctions pendant les périodes visées.)

- Le président a influencé le processus d'approvisionnement ou d'appel d'offres dans trois dossiers d'une valeur totale de 35 millions de dollars. Il aurait tantôt indiqué qu'il privilégiait un fournisseur (qui ne se conformait pas à l'appel d'offres), tantôt fait des démarches pour qu'on accepte une soumission arrivée deux semaines trop tard, tantôt fait diluer des critères de sélection pour qu'un fournisseur puisse s'y conformer.

- Le gouvernement aurait demandé à la SCP de fournir des contrats à une entreprise ou une personne déterminée, dans deux dossiers d'une valeur de un million de dollars.

- Le président de la SCP, André Ouellet, a imposé des restrictions à la vérification interne pour en soustraire les contrats de publicité. Les comptes de dépenses étaient aussi exclus de la vérification interne.

Examen des activités de commandites, de marketing et de publicité

- On corrobore les affirmations de la vérificatrice générale. On souligne en outre de nombreux manques dans le suivi des dossiers de commandites.

- La SCP a payé plus de 500 000 $ à Lafleur communication sans qu'un contrat ait été signé et sans appel d'offres.

- Le président André Ouellet aurait aussi choisi lui-même l'agence Tremblay Guitett communication (dirigée par Michelle Tremblay, qui a travaillé comme rédactrice de discours pour Gagliano).