Ottawa souhaite que les investisseurs l’aident à atteindre ses cibles de réduction de GES

Le Canada ambitionne d’accomplir une transition vers une économie zéro émission pour 2050.
Photo: Elise Amendola Associated Press via La Presse canadienne Le Canada ambitionne d’accomplir une transition vers une économie zéro émission pour 2050.

Le secteur financier peut s’attendre à voir de nouvelles normes canadiennes pour démêler les investissements qui sont réellement verts et éthiques de ceux qui ne le sont pas. Le gouvernement Trudeau annoncera mercredi la création d’un groupe qui aura pour mandat d’attirer les capitaux vers les placements plus propres.

Le Conseil d’action en matière de finance durable, d’un mandat de 3 ans, vise notamment à partager de l’information en matière climatique pour encourager les investissements soucieux des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG). Le gouvernement Trudeau souhaite ainsi favoriser des investissements plus propres pour atteindre ses engagements de réduction d’émissions de gaz à effet de serre.

La ministre des Finances, Chrystia Freeland, doit faire l’annonce de la création de ce nouveau conseil mercredi, en compagnie du ministre de l’Environnement, Jonathan Wilkinson. Selon des sources gouvernementales, Ottawa considère comme irréalisables ses récentes cibles de réduction des émissions sans un effort accru des grands joueurs du secteur privé. En avril, Ottawa s’est engagé à diminuer ses émissions de gaz à effet de serre (GES) de 40 % à 45 % d’ici 2030, par rapport au niveau de 2005. Le Canada ambitionne également d’accomplir une transition vers une économie zéro émission pour 2050.

Le nouveau Conseil d’action en matière de finance durable sera dirigé par Kathy Bardswick, qui a fait carrière auprès de l’assureur ontarien Groupe Co‑operators et qui a été membre du comité d’enquête des Nations unies sur un système financier durable. Elle doit inviter des « leaders du secteur financier » au sein du Conseil, comme des représentants d’institutions financières, de compagnies d’assurances et de fonds de placement. La composition du groupe doit être annoncée avant sa première réunion, début juin. Des experts universitaires et des organisations non gouvernementales seront également appelés à y faire des présentations.

À terme, les membres de ce groupe doivent concevoir un modèle pour permettre d’évaluer de manière cohérente les investissements selon certains critères de durabilité. Cela comprend les investissements vers des compagnies respectueuses de l’environnement, mais aussi celles qui ont des soucis d’équité en matière de genre et de diversité. Ce standard à naître est destiné renforcer la confiance des investisseurs. Le Conseil sera financé à même une enveloppe de 7,3 millions de dollars annoncée lors du portrait économique et budgétaire de 2020.

À voir en vidéo