Une famille de Colombiens rentre au pays

Coup de théâtre après trois années de démarches, plus de 120 jours de réclusion dans une église de North Hatley, une expulsion du territoire canadien et un séjour forcé aux États-Unis: Doris et German Borja peuvent enfin revenir au Canada, avec le reste de leur famille, et non pas en tant que réfugiés mais bien comme résidents permanents.

«Nous sommes passés par la voie légale en faisant une demande de résidence permanente; nous avions pris un risque en les sortant du pays, mais l'appui des Québécois et des Canadiens ne leur a jamais fait défaut», explique la coordonnatrice du projet pour les réfugiés colombiens, Nathalie Goguen. La famille a d'abord été sélectionnée par le Québec, pour qu'ensuite les autorités fédérales rendent une décision favorable à leur demande.

German Borja, 52 ans, et sa fille Doris, 22 ans, avaient trouvé refuge dans l'église unitarienne de North Hatley le 26 juin 2003, ayant épuisé tous les recours disponibles après le refus de Citoyenneté et Immigration Canada de leur accorder le statut de réfugiés en juin 2001. Les deux Colombiens avaient quitté le sanctuaire le 22 octobre pour se rendre à la justice canadienne. Ils avaient ensuite été expulsés et avaient trouvé refuge aux États-Unis. Ils pourront regagner le territoire canadien dès la semaine prochaine, lorsque les autorités américaines auront autorisé leur retour. La mère, Dora, et la fille aînée, Sandra, qui s'étaient réfugiées au Panamá, pourront aussi venir s'établir au Canada, la résidence permanente ayant été octroyée à toute la famille.

Des dons de la communauté permettront à Dora et Sandra Borja de prendre l'avion à partir du Panamá. Les Borja seront hébergés temporairement chez des membres du comité qui les avait pris en charge lors de leur sanctuaire à North Hatley, en attendant de se trouver un logement.