Trudeau se fait rassurant malgré des imprévus concernant la vaccination

L’approvisionnement en vaccins du Canada souffrira d’une importante baisse des arrivées du vaccin de Moderna au cours des deux dernières semaines d’avril, avec l’annulation de la moitié de la commande de 1,2 million de doses. Le pays recevra par contre quatre millions de doses de plus de la compagnie Pfizer en mai, en plus d’un arrivage du vaccin de Johnson & Johnson, a annoncé le premier ministre Justin Trudeau.

« On est en voie de vacciner tous ceux qui le souhaitent d’ici la fin septembre », a assuré le premier ministre lors d’un point de presse vendredi midi.

En tout, le fédéral s’est assuré d’acquérir huit millions de doses de Pfizer de plus que prévu : quatre millions pour mai, deux millions pour juin et deux millions pour juillet. En additionnant les doses supplémentaires à celles déjà annoncées, on peut s’attendre à l’arrivée au pays de vingt millions de doses du vaccin de Pfizer avant la fête du Canada, le 1er juillet.

De plus, Ottawa a annoncé l’arrivée des 300 000 premières doses du vaccin de Johnson & Johnson pour la fin avril. Ce vaccin est déjà approuvé au Canada, mais il est suspendu aux États-Unis, le temps d’une enquête sur l’apparition de rares cas graves de caillots sanguins. Le premier ministre Trudeau a indiqué qu’il pourra être utilisé au pays selon les paramètres qui seront établis par Santé Canada.

Sérieuse diminution

Cette annonce survient alors qu’Ottawa apprenait jeudi soir que l’entreprise Moderna doit diminuer de moitié ses livraisons vers le Canada, à seulement 650 000 doses pour la fin avril. Ce vaccin est privilégié dans de nombreuses circonstances, comme pour l’immunisation dans les régions, puisqu’il n’a pas besoin d’être stocké à très basse température.

Le bureau de la ministre de l’Approvisionnement, Anita Anand, s’est engagé à continuer de « faire pression » sur l’entreprise pour qu’elle respecte ses engagements. « Moderna a informé le Canada que cette situation est due à une augmentation moins importante que prévu de leur capacité de production et qu’elle affecte un certain nombre de pays », a indiqué la ministre par voie de communiqué.

« Moins de vaccinations signifie un retard pour la reprise économique », a affirmé le député conservateur Gérard Deltell en Chambre, vendredi matin, avant l’annonce de doses supplémentaires de Pfizer. Le député impute la baisse des livraisons du vaccin de Moderna à la gestion du gouvernement Trudeau.

Le premier ministre Trudeau s’est dit spécialement inquiet de la hausse spectaculaire du nombre de cas en Ontario. Le fédéral ne compte toutefois pas rediriger plus de vaccins vers les régions les plus frappées par la troisième vague de COVID-19, comme cela a été demandé par l’Association médicale canadienne vendredi. Le ministre des Affaires intergouvernementales, Dominic LeBlanc, a expliqué qu’il avait besoin d’un « consensus des provinces » pour modifier le plan de partage des doses sur lequel tous s’étaient entendus en décembre.

À voir en vidéo