Ottawa présentera son budget le 19 avril

La vice-première ministre et ministre des Finances, Chrystia Freeland
Photo: Adrian Wyld Archives La Presse canadienne La vice-première ministre et ministre des Finances, Chrystia Freeland

Le gouvernement Trudeau dévoilera son premier budget en plus de deux ans le 19 avril prochain. Fort attendu, il devrait brosser un portrait plus détaillé de l’état des finances du pays après plus d’un an de pandémie, ainsi que la marche à suivre pour la relance économique.

« Nous allons continuer de faire tout ce qu’il faudra pour soutenir les Canadiens et les entreprises canadiennes. Nous avons un plan pour les emplois et une croissance robuste », a déclaré mardi la vice-première ministre et ministre des Finances, Chrystia Freeland.

Le gouvernement a amorcé sa gestion de la pandémie « dans une position financière solide », ce qui lui a permis de fournir « un soutien sans précédent aux Canadiens », a-t-elle fait valoir.

Ottawa avait décidé de ne pas présenter de budget en 2020, à cause de l’urgence sanitaire et de la volatilité de la situation. Il avait plutôt présenté un « portrait » de l’économie en juillet, puis une mise à jour économique fin novembre.

Le budget du 19 avril sera le premier de Mme Freeland, qui a hérité du rôle de ministre des Finances après la démission de Bill Morneau en août dernier.

Déficit record

Le budget fédéral doit fournir un compte rendu complet de toutes les dépenses de la dernière année, qui ont creusé un déficit frôlant les 400 milliards de dollars. On s’attend également à plus de détails au sujet du plan de relance économique estimé entre 70 et 100 milliards sur trois ans. Mme Freeland avait indiqué en décembre dernier qu’il serait représentatif « du niveau de blessure » de l’économie canadienne.

Depuis la mise à jour économique, les provinces ont imposé de nouvelles restrictions accompagnées de fermetures de pans de leur économie et le gouvernement fédéral a prolongé ses programmes d’aide aux entreprises. Le pays, dont le Québec, craint maintenant l’arrivée d’une troisième vague au printemps.

Dans une déclaration, Goldy Hyder, président et chef de la direction du Conseil canadien des affaires, a exhorté Ottawa à faire preuve de clarté avec la fin de la pandémie de COVID-19 à l’horizon. « Le gouvernement fédéral doit présenter un plan complet et crédible qui stimule les investissements, la création d’emplois dans le secteur privé et la croissance économique à long terme », a-t-il dit.

Les provinces, elles, continueront certainement de faire pression sur le fédéral afin qu’il hausse les transferts en santé de façon significative.

Le premier ministre du Québec et président du Conseil de la fédération, François Legault, réclame toujours que la contribution d’Ottawa passe de 22 % à 35 % des dépenses en santé — ce qui équivaudrait à une augmentation de 28 milliards de dollars pour cette année.

Le gouvernement fédéral aura besoin de l’appui d’au moins un des principaux partis d’opposition pour faire adopter son budget. Dans le cas contraire, le gouvernement tomberait et le pays plongerait presque certainement en élections.

À voir en vidéo