Ottawa promet 15 milliards pour les transports en commun

Justin Trudeau envisage d’injecter 15 milliards de dollars au cours des huit prochaines années.
Photo: Adrian Wyld La Presse canadienne Justin Trudeau envisage d’injecter 15 milliards de dollars au cours des huit prochaines années.

Dans une annonce qui avait toutes les allures d’une promesse électorale, le gouvernement de Justin Trudeau s’est engagé à investir dans les transports en commun s’il est reporté au pouvoir. Mais la somme, importante, sera étalée sur de nombreuses années.

M. Trudeau envisage d’injecter 15 milliards de dollars au cours des huit prochaines années. L’argent servira notamment à accélérer la réalisation de « grands projets », comme le prolongement de métros ou de trains de banlieue, à se doter des infrastructures nécessaires pour électrifier les réseaux et à favoriser le transport actif en construisant notamment des passerelles, des pistes cyclables et d’autres infrastructures pensées pour l’humain en mouvement.

Les libéraux de Justin Trudeau s’engagent à ce que, de cette somme, 3 milliards par année soient réservés à compter de 2026 aux municipalités pour leur fournir un financement stable et prévisible. C’est donc dire qu’il ne restera de la cagnotte que 6 milliards pour les cinq premières années de l’engagement pris.

Le premier ministre a nié que la somme soit trop petite, rappelant qu’il s’agit d’un ajout aux investissements faits dans le passé. « Notre gouvernement a investi plus de 13 milliards de dollars dans des projets de transport en commun partout au pays », a-t-il fait valoir. Aucune ventilation annuelle n’a été fournie. L’argent sera octroyé « projet par projet », indique-t-on au cabinet de la ministre des Infrastructures.

Cette annonce est présentée comme un des moyens pris par Ottawa pour réaliser sa promesse, énoncée dans le discours du Trône de l’automne dernier, de créer un million d’emplois pour relancer l’économie après la pandémie. Cela, dit-on, favorisera le secteur manufacturier et des entreprises comme Nova Bus de Saint-Eustache. L’annonce est aussi présentée comme un outil pour atteindre la carboneutralité promise pour 2050.

À voir en vidéo