Quarantaine obligatoire: la santé publique fédérale dévoile ses critères pour les hôtels

Ottawa a annoncé le 29 janvier dernier que tous les voyageurs devront subir un autre test de dépistage à leur arrivée au pays. En attendant les résultats, ce qui devrait prendre environ trois jours, ils devront s’isoler à l’hôtel à leurs frais.
Photo: Adil Boukind Archives Le Devoir Ottawa a annoncé le 29 janvier dernier que tous les voyageurs devront subir un autre test de dépistage à leur arrivée au pays. En attendant les résultats, ce qui devrait prendre environ trois jours, ils devront s’isoler à l’hôtel à leurs frais.

L’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) a dévoilé ses critères pour les hôtels qui souhaitent accueillir des voyageurs pendant trois jours en attendant les résultats de leurs tests de dépistage.

Les hôtels intéressés ont jusqu’au 10 février, à 23 h 59, heure du Pacifique, pour soumettre leur demande.

Les hôtels choisis par l’ASPC devront être situés à moins de 10 km d’un des quatre aéroports internationaux qui sont autorisés à recevoir les voyageurs — à Montréal, Toronto, Calgary et Vancouver. Ils devront assurer un transport de l’aéroport à l’hôtel ou offrir des espaces de stationnement pour les voyageurs arrivant à bord d’un véhicule privé.

Une fois arrivés à l’hôtel, les voyageurs auront droit à des repas conformes au Guide alimentaire canadien et livrés sans contact, une télévision et une radio « fonctionnelles », ainsi qu’un accès gratuit à un réseau Wi-Fi. Ils auront le droit d’aller à l’extérieur, mais seulement pour des « périodes essentielles et brèves », comme une pause cigarette, par exemple.

Les hôtels désignés devront également séparer les clients réguliers des voyageurs. Les procédures de nettoyage seront accrues dans les chambres et les lieux publics.

Le gouvernement fédéral a annoncé le 29 janvier dernier que tous les voyageurs devront subir un autre test de dépistage à leur arrivée au pays. En attendant les résultats, ce qui devrait prendre environ trois jours, ils devront s’isoler à l’hôtel à leurs frais. Le coût de ce séjour tourne autour de 2000 $.

Si le test est négatif, le voyageur pourra poursuivre la quarantaine à son domicile avec une surveillance accrue, promet-on. Si le test est positif, le voyageur sera redirigé vers un centre choisi par la santé publique aux frais du gouvernement.

La date d’entrée en vigueur de la quarantaine à l’hôtel pendant trois jours est encore inconnue.

 

La quarantaine à l’hôtel remise en question pour les Canadiens à faible revenu

L’Association canadienne des libertés civiles remet en question la décision du gouvernement fédéral d’imposer une quarantaine à l’hôtel pour les voyageurs internationaux, affirmant que cette mesure pourrait nuire aux Canadiens à faible revenu et empiéter sur la liberté de circulation des citoyens.

 

L’avocate Cara Zwibel, qui dirige le programme des libertés fondamentales de l’organisme, appelle Ottawa à démontrer que les voyageurs qui reviennent présentement de l’étranger ne respectent pas leur obligation de s’isoler chez eux.

 

Justin Trudeau a annoncé il y a plus de deux semaines que les voyageurs rentrant au pays seront bientôt soumis à une quarantaine à leurs frais dans des établissements hôteliers désignés pour une durée de jusqu’à trois jours. Le premier ministre a néanmoins reconnu que seule une petite fraction des cas de COVID-19 semble résulter de séjours à l’étranger.

 

Mme Zwibel soutient que la facture — de 2000 $ ou plus, selon le gouvernement — pourrait s’avérer prohibitive pour les Canadiens à faible revenu qui doivent se rendre au chevet d’un proche malade ou recevoir des soins spécialisés à l’étranger. Pour ces personnes, voyager n’est pas un luxe, plaide-t-elle.

À voir en vidéo