Des «snowbirds» font entendre leur mécontentement

Un groupe qui dit représenter quelque 110 000 Canadiens qui passent l’hiver dans des régions plus chaudes du continent a écrit au ministre fédéral des Transports, Omar Alghabra, pour lui faire connaître sa ferme opposition à la mise en quarantaine obligatoire à l’hôtel imposée par son gouvernement.

Dans une lettre transmise cette semaine au ministre Alghabra, l’Association canadienne des snowbirds manifeste son appui au dépistage de la COVID-19 à tous les points d’entrée aériens et terrestres au Canada. Cependant, elle est d’avis que les voyageurs devraient pouvoir faire leur quarantaine dans leur propre foyer.

Le premier ministre Justin Trudeau a annoncé que pour limiter la propagation des variants internationaux du coronavirus à l’approche de la semaine de relâche, les voyageurs seraient soumis à un deuxième test de dépistage de la COVID-19 obligatoire à leur arrivée au pays et qu’en attendant le résultat, ils devraient rester en quarantaine, à leurs frais, dans un hôtel supervisé.

L’Association canadienne des snowbirds estime que d’imposer aux citoyens canadiens de verser plus de 2000 $ pour passer trois nuits dans un hôtel supervisé est une mesure déraisonnable et que pour plusieurs de ses membres, il s’agit d’un fardeau financier important.

L’association signale au ministre qu’en Nouvelle-Zélande, par exemple, des exemptions ont été accordées à certains voyageurs, notamment à ceux qui avaient quitté le pays avant l’entrée en vigueur des nouvelles mesures gouvernementales.

La présidente de l’association, Karen Huestis, écrit dans sa lettre au ministre Alghabra que si le gouvernement du Canada refuse aux Canadiens rentrant au pays de s’isoler à leur domicile, il devrait exempter ceux qui ont été absents pendant plus de 90 jours d’avoir à payer 2000 $ pour rester à l’hôtel, de même que ceux qui ont quitté le Canada avant l’application des nouvelles mesures.

Le premier ministre Trudeau a aussi annoncé que le Canada suspendait les vols vers les destinations soleil, précisément les Caraïbes et le Mexique, à compter de dimanche dernier, jusqu’au 30 avril. Les États-Unis ne figurent pas sur la liste de ces pays.

À voir en vidéo